Yoann Gourcuff, le mal-aimé

Lauren Horky

— 

Face à ses anciens coéquipiers, Yoann Gourcuff a rarement été brillant.
Face à ses anciens coéquipiers, Yoann Gourcuff a rarement été brillant. — N. TUCAT / AFP

Même s'il n'a jamais été taxé de « traître » par les supporters girondins, contrairement à Souleymane Diawara après son transfert à l'OM, Yoann Gourcuff n'a pas pour autant été épargné hier soir par le public de Chaban-Delmas. Pour son retour à Bordeaux, un mois à peine après avoir signé à Lyon, l'ex-meneur a récolté des huées à chaque touche de balle.

Insulté par le Virage Sud
Claude Puel s'étant construit une solide réputation en tant que roi de l'intox, c'est sans surprise que le meneur international, incertain toute cette fin de semaine en raison d'une béquille, a été titularisé contre son ancienne équipe. Et c'est sans surprise non plus qu'il a été conspué pendant ses 90 minutes de jeu, très moyennes mais comme tous ses coéquipiers. Sans surprise enfin, le Virage Sud s'est montré particulièrement virulent à son égard, scandant des « Gourcuff on t'encule ! » dès le début du match.
La tendance a été perceptible dès son entrée sur le terrain à l'échauffement, puis s'est confirmée à l'évocation de son nom lors de la présentation des équipes sur les écrans géants du stade. Une bronca s'est alors abattue sur Chaban-Delmas. Les huées n'ont pas semblé gêner le protégé de Laurent Blanc, préposé aux coups francs, pour autant. Ni à la 8e minute quand il se joue de Trémoulinas pour centrer sur la tête de Bastos qui frôle le cadre, ni à la 10e minute au moment de jouer son premier coup de pied arrêté, après une faute de Ben Khalfallah sur son copain Toulalan. Inspiré par intermittence, il a été incapable de faire la différence face à ses anciens coéquipiers. Mais Yoann Gourcuff aura prouvé une chose hier. La page bordelaise est tournée.