Miller, ou l'art de faire du hors-piste

©2006 20 minutes

— 

Le « grand cirque blanc » possède depuis quelques années son clown de référence

Aussi déterminé sur les skis que facétieux en dehors des pistes, Bode Miller ne perd jamais une occasion de faire parler de lui

Vainqueur du classement général de la Coupe du monde l'an passé, le skieur du New Hampshire sera assurément l'une des stars des Jeux de Turin, qui s'ouvriront demain

Double médaillé d'argent (géant et combiné) il y a quatre ans à Salt Lake City, l'Américain brille désormais davantage par ses propos polémiques que par ses résultats (une seule victoire en géant à Beaver Creek cette saison)

Après s'être déclaré en faveur de certains produits dopants, puis affirmé avoir déjà skié sous l'emprise de l'alcool au lendemain de soirées bien arrosées, Miller avait épinglé fin janvier deux autres champions américains

« Aujourd'hui, si vous voulez tricher, vous pouvez

Lance Armstrong, Barry Bonds (base-ball) et les autres trichent en toute connaissance de cause, car il y a de nombreux échappatoires », avait-il déclaré dans le magazine Rolling Stone, avant de revenir sur ses propos

Dès son arrivée en Italie, l'insolent a remis le couvert en évoquant l'idée d'un circuit parallèle à celui de la Fédération internationale (FIS)

« Je ne veux pas nuire à la FIS ni aux autres skieurs

Je vois ce second circuit comme une chose positive qui pousserait au progrès et au changement », a-t-il lâché avant d'expliquer pourquoi il snoberait le village olympique

« Ce n'est pas l'environnement idéal pour aborder la compétition, les lits sont très petits et pas du tout confortables », a conclu Miller, qui logera dans son

camping-car

S B