Trezeguet et Hercules se payent le Barça... Evra toujours en plein cauchemar...

FOOT Le tour des stades européens...

R.S.
— 
Les joueurs d'Hercules Alicante, fêtant leur victoire face au FC Barcelone, le 11 septembre 2010 au Camp Nou.
Les joueurs d'Hercules Alicante, fêtant leur victoire face au FC Barcelone, le 11 septembre 2010 au Camp Nou. — REUTERS

Fort comme Hercules

Là où tous les cadors tombent les uns après les autres, un petit promu a donc pris ses aises samedi soir. Hercules Alicante a réalisé le gros coup du week-end au Camp Nou, en faisant tomber le champion d’Espagne (2-0). L’équipe de David Trezeguet, Noé Pamarot et Olivier Thomert s’impose grâce à deux buts du Paraguayen Nelson Valdez. En face, Messi a bafouillé ses dribbles, Villa n’a pas existé et la défense centrale catalane s’est laissée bousculer par les joueurs d’Hercules. Un petit poucet qui porte bien son nom, finalement.

Koscielny ouvre son compteur

L’ancien Tourangeau apprend vite. Très vite. Celui qui évoluait en L2 il y a moins de deux ans a offert à Arsenal l’ouverture du score, samedi, face à Bolton (4-1). Son premier but en Premier League. Le défenseur central s’y est pris en deux temps pour pousser son ballon au fond des filets après un drôle de cafouillage. Marouane Chamakh a lui inscrit le deuxième but de son équipe. De la tête, forcément.

Le cauchemar continue pour Evra

La sale semaine de Patrice Evra se poursuit. Le latéral gauche de Manchester United, dont la suspension en bleu a été confirmée vendredi par la commission de discipline de la fédération, a vécu un autre moment de solitude, samedi, face à Everton. En retard sur l’appel de balle d’Arteta, l’ex-capitaine des Bleus a tenté un geste improbable pour se dégager. Un ciseau retourné en mode kung-fu, totalement manqué. L’Espagnol s’est ensuite présenté face à Van der Sar pour ouvrir le score (3-3 au final). Pour Evra, il est vraiment temps d’oublier Knysna.

Première ratée pour Ben Arfa

Il semble déjà chez lui en Angleterre. Comme il l’explique à L’Equipe, samedi, Hatem Ben Arfa a un pays à conquérir, une culture à acquérir, mais surtout des matchs à gagner à Newcastle. De ce côté-là, les choses commencent assez mal pour l’ancien attaquant marseillais. Pour sa première sous le maillot des Magpies, il a joué une vingtaine de minutes samedi lors de la défaite de son équipe à domicile face à Blackpool (0-2). Quelques jours après son arrivée, il confie malgré tout son enthousiasme à L’Equipe: «Ici, c'est vraiment différent. Ça change. Il y a des supers gars dans ce groupe. Les joueurs sont responsabilisés par le staff. Le dialogue est constant et la liberté beaucoup plus grande. C'est plus intelligent. Un exemple: quand tu ne te sens pas bien, tu sautes un entraînement et tu reviens le lendemain sans que cela ne pose de problème.»