La Coupe des seconds couteaux

©2006 20 minutes

— 

Souvent considérée comme un moyen rapide de se qualifier à une Coupe d'Europe, la Coupe de la Ligue ne fait pourtant pas recette chez les ténors

Après les demi-finales disputées mardi et hier, ce sont Nice (11e de Ligue 1) et Nancy (13e) qui se retrouveront le 22 avril prochain au Stade de France

Cette affiche se situe dans la continuité des finales des deux dernières années, Caen-Strasbourg (2005) et Sochaux-Nantes (2004), des rencontres opposant des équipes de milieu de tableau en Championnat

Une finale de Coupe reste en tout cas un rendez-vous privilégié pour les heureux élus

« Le club a failli disparaître il y a un peu plus de trois ans, et bientôt, nous allons monter à Paris comme à la belle époque », s'enthousiasme le président niçois Maurice Cohen, qui se souvient que le Gym a déjà remporté trois fois la Coupe de France (1952, 1954, 1997), mais jamais la Coupe de la Ligue

« On va attendre près de deux mois, mais c'est bien, car cela va nous servir de fil rouge pour le Championnat », explique le milieu de terrain azuréen Olivier Echouafni, qui n'a jamais joué au Stade de France

Pour Nancy, son futur adversaire, la trajectoire est foudroyante

Promus cette saison, les Lorrains ont accompli le match parfait pour venir à bout du Mans (2-0) hier et peuvent désormais « réaliser leur rêve d'aller disputer une finale de Coupe à Paris », selon leur président Jacques Rousselot

Avec peut-être, au bout, une place en Coupe UEFA et les 2,2 millions d'euros prévus pour le vainqueur

G

Anger

opération Avec près de 20 000 spectateurs hier à Marcel-Picot pour Nancy- Le Mans, l'opération réalisée par les dirigeants lorrains a été un franc succès. Le match était gratuit pour les abonnés et les places se sont vendues à partir de 5 euros.