Equipe de France: Laurent Blanc heureux comme un enfant à Clairefontaine

FOOTBALL Le premier stage permet au Président de retrouver un lieu qu'il a bien connu...

M.Go. avec AFP

— 

Laurent Blanc lors d'une conférence de presse, le 9 août 2010.
Laurent Blanc lors d'une conférence de presse, le 9 août 2010. — REUTERS

Laurent Blanc a retrouvé Clairefontaine dimanche soir. Comme un vieux locataire qui visite avec nostaligie un ancien appartement; «On est  arrivé dimanche soir assez tard. Le château a bien changé. Même si d’aspect extérieur, il n’a pas beaucoup évolué, je peux te dire qu’à l’intérieur, il a vraiment beaucoup changé  par rapport à notre époque. Il s’est bien sûr amélioré. Il offre un confort qui est  supérieur à ce que l’on a connu», a expliqué le sélectionneur qui a quitté les Bleus en 2000.

 

>> Le match Norvège-France est à suivre en live comme-à-la-maison mercredi soir à partir de 21h15

Le regard enthousiaste, le nouveau sélectionneur aux 97 sélections ne cache pas sa joie d’enfant. «C’est toujours un réel plaisir. En enfilant le survêtement, le tee shirt bleu avec les couleurs et un certain animal sur la poitrine, on prend conscience que ça débute vraiment. On se languissait de  ce moment-là. On est comme des enfants à la période de Noël. On attend notre sac et les équipements.»

Présentation du staff

Laurent Blanc a commencé sa nouvelle vie de sélectionneur en accueillant les 22 Bleus en fin de matinée. «Je suis déjà satisfait qu’il n’y en ai eu aucun en retard. Ca me paraissait la moindre des choses. Je leur avais donné un créneau d’une heure, une heure et demie.» Ensuite présentation du nouveau staff puis passage à table pour un déjeuner en commun. «Dans son discours, on a senti que l’on ne pouvait pas déroger à la règle», explique Loïc Rémy. «Il me rappelle Wenger», glisse Samir Nasri. Le reste de la journée est consacré aux conférences de presse, à l’entraînement avant un départ pour la Norvège mardi en fin de matinée.

«C’est un stage qui va être rapide. On va s’efforcer de profiter de tous les moments où il est possible d’échanger. Le staff a envie de se retrouver sur un terrain de football. Depuis notre nomination, on a passé beaucoup de temps dans les bureaux et dans des réunions. Mais n’oublions pas que notre terrain de compétences, si on en a quelques-unes, est sur la pelouse. On a hâte d’y être cet après-midi, voir si le chrono  et le sifflet fonctionnent bien», conclut Laurent Blanc Une certaine idée du bonheur.