Les dix vieux qui vont marquer la saison

Emile Bruant

— 

Claude Makélélé (37 ans), le 20 juillet 2010 à l'entraînement
Claude Makélélé (37 ans), le 20 juillet 2010 à l'entraînement — REAU ALEXIS/SIPA

Les trentenaires font figure d’exception dans un championnat où la fraicheur est souvent privilégiée sur l’expérience. Voyons ce que donnerait une équipe composé des «vieux» de la L1. Voici l’équipe qu’on voit mal descendre en Ligue 2 autrement qu’en siège électrique:

Jérémie Janot (Saint-Etienne, 33 ans): Le taulier de la maison verte est un trentenaire en forme. Le genre de mec qui sait s’entretenir, et qui fait du free-fight pour se détendre. Petit mais costaud, 80 centimètres de détente sèche, et l’homme a le mérite d’être fidèle à son maillot (stéphanois depuis la puberté) et il peut mener les troupes. Par contre il porte un peu la poisse (aucun titre en 14 ans d’activité).

Gabriel Heinze (Marseille) est à 32 ans l’incarnation de la grinta à Marseille. Jamais le dernier quand il s’agit de mettre des taquets, il s’exprime souvent en hurlant, mais ce n’est pas qu’il est sourd, plutôt sa façon à lui de montrer sa tendresse. Il a montré partout où il est passé que sa haine de la défaite était contagieuse. Toute la Canebière a frémi quand son transfert a été évoqué par les dirigeants marseillais, qui ont envisagé de se délester du salaire imposant du patron de la défense de l’OM.

Louis Nicollin (Montpellier, 67 ans): L’homme qui a traité Pedretti de «petite tarlouze» se lance dans la défense des droits des homosexuels. Du pur lyrisme pour celui qui vit sous perfusion de testostérone. Vous pouvez déjà parier sur le temps que tiendra le contrat qu’il a signé avec le Paris Football Gay. On ne se refait pas Loulou. En plus tout le monde compte sur toi pour être le justicier décomplexé de la Ligue 1, et surtout pour défiler à poil sur les Champs si Montpellier gagne le titre.

Florent Balmont (Lille, 30 ans) est bel et bien le Iniesta lillois. Le même charisme, le même teint fantomatique et la même présence sur le terrain. Tellement solide sur ses appuis que certains le soupçonnent d’avoir 3 jambes. Il s’est si bien adapté à Lille (tout comme il l’avait fait à Nice) que l’OL regrette maintenant de l’avoir snobé, à l’époque. L’homme a été touché, mais on ne la lui fait pas. Il a toujours été un joueur de l’ombre, et de toute façon son bronzage le trahit.

Claude Makélélé (PSG, 37 ans): Le taulier n’a pas dit son dernier mot. Toujours aussi coriace. Il peut aussi raconter des histoires du temps passé à la mi-temps pour galvaniser les troupes.

Jérome Leroy (Stade Rennais, 35 ans) sera encore indispensable au Stade Rennais la saison prochaine. Et il l’a montré pendant les matchs de préparation, notamment face au Legia Varsovie. Il tricote déjà très bien pour son âge, c’est déjà ça de pris sur la retraite. Son départ, il l’a déjà évoqué il y a 3 ans, en quittant Sochaux pour Rennes. Mais depuis, il vieillit tellement bien sur le terrain qu’il pourrait très bien finir sa carrière empaillé et remplacer Blanche L’Hermine comme mascotte du Stade Rennais.

Cyril Jeunechamp (Montpellier, 34 ans) n’est pas avare quand il s’agit d’exprimer sa tendresse sur le terrain. Ses tacles rageurs ont forgé sa réputation. Mal utilisé ou mauvais à Nice, il a retrouvé des couleurs et s’est régalé sous les couleurs montpelliéraines. Nul doute qu’il sera un élément clé du gang des papis (avec Nenad Dzozic 33 ans, Xavier Collin 35 ans et Romain Pitau, 32 ans) utilisé à merveille l’année dernière par René Girard.

Guy Roux (consultant, 71 ans): Le style jogging-chaussette a de beaux jours devant lui. Guy Roux derrière son micro avec sa verveine et sa bouillotte, c’est l’assurance d’un live vraiment comme-à-la-maison... L’oncle Picsou est parti pour traverser les siècles, muni de son bon sens légendaire.

Cris (Olympique Lyonnais, 33 ans): Le policier nous a fait peur à l’inter-saison. Après une feinte de corps vers la Grèce, il s’est ravisé et a rendossé son uniforme lyonnais pour trois saisons. Son expérience et son charisme ne seront pas de trop dans la défense de l’OL l’an prochain, pour celui qui n’a pas attendu de vieillir pour être chauve.

Toifilou Maoulida (RC Lens, 31 ans): Il manque quelques bandelettes à Touafilou pour confectionner sa momie. A 31 ans, le natif de Mayotte n’a jamais été aussi efficace de toute sa carrière (10 buts en 24 matchs pour le dernier exercice), même s’il est le plus souvent remplaçant. On lui fait confiance pour retrouver une place de choix dans l’effectif lensois l’an prochain. Du moment qu’il ne tire pas les pénaltys.