Tour de France: Wanze - Arenberg à suivre en live comme-à-la-maison

M. P.
— 
Le maillot jaune: Sylvain ChavanelLe maillot à pois: Jérôme PineauLe maillot vert: Sylvain ChavanelMeilleur jeune: Tony MartinLe classement est à retrouver iciEtape 3: Wanze-Arenberg (213 km)Un Paris-Roubaix en miniature. Voilà l’idée des organisateurs du Tour de France. Une belle trouvaille pour divertir un peu les spectateurs dans une première semaine souvent assez ennuyeuse. Le problème, c’est qu’avec les très nombreuses chutes depuis le début du Tour, l’approche des pavés risque de tendre encore un peu plus le peloton. Contador saura-t-il manœuvrer sur les 13 km de pavés au programme? Cancellara veut-il définitivement effacer les accusations d’utilisation d’un «vélo électrique» dont il a fait l’objet après sa victoire dans Paris-Roubaix cette année?Une course à suivre sur 20minutes.fr à partir de 15 heuresLe parcours entre Wanze et Arenberg:Le résumé anticipé du jourComme tous les jours, une petite échappée se met en route. Mais cette fois, le peloton a bien compris qu’il ne fallait pas laisser partir les gros rouleurs. La Quickstep, menée par Carlos Barredo et Jérôme Pineau, maintient un tempo qui empêche les aventuriers de partir la fleur au fusil. Du coup, on retrouve Thomas Voekler aux avant-postes, accompagné de trois Belges et de Stuart O’Grady qui se rappelle du bon vieux temps. Dans sa voiture de course, Bjarne Riis boue. La blessure d’Andy Schleck et la perte du maillot jaune la veille a rendu le manager de la Saxobank irascible. «Stuart, tu dois le faire, tu n’as pas le choix. Si tu échoues, je te prends le premier avion pour Melbourne.» Pour bien faire les choses, Riis donne à son coureur un nouveau vélo à 50 km de l’arrivée. Mais là, rien ne se produit. Les échappés sont repris dans le secteur 5 de pavés par un peloton surexcité et coupé en deux. Devant, les Quickstep mettent tout ce qu’ils ont dans le ventre pour permettre à Chavanel de garder son maillot jaune. A l’arrière, dans un deuxième groupe, les Astana tentent de maintenir Alberto Contador sur son vélo. C’est le moment que choisi Lance Armstrong pour faire parler sa science du vélo. Le briscard texan profite du secteur 6 pour se faire la belle. La Quickstep tente de l’arrêter un temps puis se résout à limiter l’écart. Armstrong s’impose en solitaire. «J’ai toujours voulu courir Paris-Roubaix, mais ce n’était pas dans mon programme d’entraînement pour le Tour, confie-t-il à l’arrivée. Du coup, j’ai profité de cette étape pour me faire plaisir. Et vous pouvez vérifier mon vélo, il n’y a pas de moteur.» Contador perd 3 minutes et Chavanel garde son maillot jaune.La vidéo du jourForcément, Paris-Roubaix et la victoire de Cancellara. Celle de 2006, celle que tout le monde a oubliée depuis l’affaire du vélo électrique.
retrouver ce média sur www.ina.fr
www.ina.fr

 
L’expression du jour: Manger de la luzerne

Voilà  une expression que feraient bien d’appliquer les coureurs. Manger de la luzerne,  comme on s’en doute, c’est partir dans le décor, mais en faisant attention de  quitter la route pour chuter tranquillement dans un champ. Cela évite de se  blesser et de faire tomber les petits camarades. Le problème, c’est  qu’aujourd’hui, entre la route et la luzerne, il y a des glissières de sécurité.  Dommage, la luzerne, ça se mange vraiment...