L'Ajax Cape Town, un coin de Pays-Bas en Afrique du sud

FOOT Le club d'Amsterdam a essaimé...

Romain Scotto, au Cap

— 

Les jeunes joueurs du club de l'Ajax Cape Town, en Afrique du sud, le 5 juillet 2010.
Les jeunes joueurs du club de l'Ajax Cape Town, en Afrique du sud, le 5 juillet 2010. — R.S/20minutes

De notre envoyé spécial au Cap (Afrique du sud),

La filiation commence toujours par le nom. Ajax. Puis il y a le maillot et l'écusson, parfaitement identifiables. A quelque chose près, Johann, un supporter néerlandais se croirait chez lui à Amsterdam, en poussant la porte de la boutique du club du phare du Cap. L'Ajax Cape Town, donc, filiale du club des Pays-Bas en Afrique du sud depuis un peu plus de dix ans, et 7e du dernier championnat. Pour les suiveurs des Oranje, le centre d'entraînement de Parow, à une quinzaine de kilomètres au nord du Cap est un point de passage obligé, en attendant la demi-finale, mardi face à l'Uruguay.

 

«Ils ont débarqué à 250 l'autre jour, avant leur match contre le Cameroun, commente un employé du club. Il y avait cinq cars remplis. Du coup, l'entraîneur a dû leur faire un discours.»  Ce jour-là, Foppe de Haan avait même revêtu son maillot des Pays-Bas. Avec ses petites lunettes, ce Néerlandais de 67 ans ressemble à un vieux prof de maths. Comme la plupart des techniciens du club, il tente d'imposer à son équipe le style caractéristique de celui du grand Ajax. La filiation entre les deux clubs va jusque-là.



«Dans toutes les équipes du club, des jeunes jusqu'aux professionnels, on joue avec trois attaquants, commente celui entraînait auparavant Heerenveen, et les Espoirs néerlandais. Ma conception du football, c'est un jeu rapide ou tout le monde est concerné par le mouvement du ballon. A tout moment, les onze joueurs doivent être attirés par le jeu, proposer une initiative.» Parmi eux figure un Français, Derek Decamps, arrivé au Cap la saison passée après des passages en Grèce et en L2 espagnole. Ce grand défenseur, que tout le monde appelle «Deschamps», a très vite été emballé par le concept.



«Ici, on met un système de jeu en place et on n'y déroge pas. Toutes les équipes jouent en 4-3-3. Le football sud-africain est pétri de talent, mais il manque de rigueur tactique. En recrutant des coachs néerlandais, l'équipe a beaucoup progressé à ce niveau là.» Au départ, c'est le transfert de Benni McCarthy qui a incité les dirigeants de l'Ajax (néerlandais) à instaurer le partenariat. «C'est comme ça qu'ils sont devenus actionnaires majoritaires, explique Hans Vonk, le gardien vétéran de l'Ajax CT (40 ans), le seul joueur de l'effectif actuel à avoir porté les couleurs des deux clubs.



Avant lui, Steven Pienaar au aussi effectué le grand voyage. «C'est le rêve de tous les jeunes qui jouent ici, poursuit Decamps. Ils veulent jouer en Europe. L'idée du club, c'est vraiment de former les jeunes joueurs pour les revendre à l'étranger. Et bien sûr, en priorité à l'Ajax Amsterdam, puisqu'il y a des passerelles.» Entre les deux clubs, des tournées sont aussi organisées, ainsi que des matchs amicaux. Pour certains transferts, il arrive même que le grand frère néerlandais signe quelques chèques. «Peut-être qu'il y a ici l'une des prochaines recrues de l'Ajax Amsterdam», s'emballe Johann, le supporter néerlandais venu ici en repérage. A un sponsor près, il peut même acheter la copie conforme du maillot de la future star.