Dans le Nord, le tour de France n'a pas de prix

— 

Le Tour de France est un excellent vecteur de communication pour les villes-étapes.
Le Tour de France est un excellent vecteur de communication pour les villes-étapes. — L. BONAVENTURE / AFP

Cela fait quinze ans qu'il attend ça.

Depuis qu'il est maire de Saint-Amand, Alain Bocquet postule chaque année pour voir le Tour de France passer sur son territoire de la Porte du Hainaut. Demain, avec l'arrivée de la 3e étape sur le site minier de Wallers-Arenberg, son vœu sera enfin exaucé. « La société du Tour de France nous a toujours dit qu'ils feraient quelque chose le jour où le parcours le permettrait », se réjouit le président de la communauté d'agglomération de la Porte du Hainaut. Mais cet acharnement a un prix. Pour accueillir une arrivée d'étape du Tour, l'agglo a dû débourser 90 000 €.
A titre de comparaison, Cambrai, ville départ de la 4e étape n'aura dépensé « que » 45 000 € . « C'est le prix à payer pour une arrivée, qui est deux fois plus chère qu'un départ. Mais sur cette somme, la région a financé 50 000 €

et des partenaires privés nous ont donné un coup de main », précise Alain Bocquet.

Des retombées à tous les niveaux
A cela il faut ajouter les travaux de voirie et animations culturelles mises en places pour célébrer l'événement. Cambrai a ainsi déboursé 250 000 € pour tous ces à-côtés. Car le jeu en vaut la chandelle. Si le Tour a un coût, ses retombées médiatiques sont inestimables. « C'est la plus grande manifestation sportive au monde après les Jeux olympiques et la Coupe du monde de foot. C'est télévisé dans 180 pays et il y a 700 journalistes qui couvrent l'événement. Jamais on ne pourrait se payer une communication comme celle-là », reconnaît l'élu. Avec des hôtels complets depuis des mois et des restaurants qui risquent de faire le plein, l'économie locale va profiter du passage de la Grande Boucle. Enfin l'aspect politique a également son importance. « C'est la première fois dans le Tour que le nom d'une agglomération est accolée à celui d'une ville étape [Arenberg-Porte du Hainaut] », se félicite Alain Bocquet. On comprend mieux pourquoi le Tour était si attendu.f. L.