L'attaquant brésilien Luis Fabiano fait parler sa technique devant le latéral gauche ivoirien, Saka Tiéné, dimanche 20 juin lors de Brésil-Côte d'Ivoire à Johannesburg
L'attaquant brésilien Luis Fabiano fait parler sa technique devant le latéral gauche ivoirien, Saka Tiéné, dimanche 20 juin lors de Brésil-Côte d'Ivoire à Johannesburg — AFP PHOTO / ROBERTO SCHMIDT

MONDIAL

Face au Brésil, les Eléphants n'ont pas fait le poids

Battus 3-1 par des Auriverde ultra-réalistes, les Ivoiriens n'ont jamais fait illusion...

De notre envoyé spécial à Johannesburg,

Il faudra donc s’y habituer: le Brésil n’est pas venu en Afrique du Sud pour un tournoi de futsal. En découpant la Côte d’Ivoire (3-1), la Seleçao a fait une belle mise au point et en a profité pour valider, dès son deuxième match dans ce «groupe de la mort», son ticket pour les 8e de finale.

Oui, cette équipe va beaucoup défendre. Non, elle ne jouera pas toujours aussi mal que contre la Corée du Nord, battue (2-1) lors du premier match. A quoi ça ressemble? A un bloc défensif qui a peu d’équivalent dans le tournoi, à un milieu de terrain qui prend peu d’initiatives, et une attaque qui choisit ses coups.

>> Revivez Brésil-Côte d'Ivoire en live comme-à-la-maison par ici

Au final, Lucio, le défenseur central, joue presque comme un meneur de jeu, et Dunga mise sur le trio Kaka-Robinho-Luis Fabiano pour arracher le morceau. Et il a raison.

Avant la pause, ce trident là a mis deux coup de boost. Le premier s’est terminé par une frappe de Robinho juste au-dessus. Le deuxième a fini au fond des cages ivoiriennes, quand Luis Fabiano a conclu en force un mouvement supersonique initié par ses deux comparses (1-0, 25e). Le but du break, l’attaquant de Séville le doit à son talent, un peu, et à ses mains, beaucoup, que Stéphane Lannoy n’a pas vu (2-0, 51e).

Lannoy fait un Kaka nerveux

Venus pour défendre, les Eléphants n’ont jamais su forcer le passage. Parfois, Eboué et compagnie ont eu l’impression d’avoir des bons contres à jouer. Mais comme les Brésiliens n’attaquent qu’à trois ou quatre, il y a toujours un Juan ou un Lucio pour vous fermer la porte au nez. Drogba a eu une seule chance, qu’il a mise à profit (3-1, 79e). Mais devant tant de frustration, les Ivoiriens on finit par mettre la semelle.

Kaka a effleuré la joue de Kader Keita, qui mérite son oscar de la meilleure simulation. C’est tellement criant de vérité que Stéphane Lannoy a filé un carton rouge au Brésilien (87e), qui manquera le choc contre le Portugal. Mais comme le Brésil est certain de voir la phase finale, ce pourrait être un mal pour un bien pour le meneur auriverde.