L'ingénieur du vélo électrique parle

CYCLISME Il pense que son vélo peut rouler à 90 km/h...

M.Go. avec agence
— 
Cancellara sur les routes de Paris-Roubaix, le 11 avril 2010. 
Cancellara sur les routes de Paris-Roubaix, le 11 avril 2010.  — AFP Photo

Il fallait bien un cerveau derrière cette trouvaille. Cassani, l'ancien coureur et consultant à la RAI (télévision publique italienne), qui a pout la première fois évoqué le vélo électrique, avait lâché un nom: l'ingénieur hongrois, Istvan Varjas, présumé inventeur de l'avion à réaction.

Une douzaine de vélos dans la nature

Intrigué par la vidéo de la RAI, un journaliste de L'Illustré a retrouvé la trace de l'inventeur dans sa ville natale de Pecs (sud-ouest de la Hongrie, à la frontière de la Croatie, à 220 kilomètres de Budapest). Et l'a fait parler. «On ne voit rien, même pas la batterie. Le système pèse de 500 grammes à 1 kilo, dégage une puissance de 600 watts dans son utilisation la plus élevée et affiche une autonomie de 30 à 60 minutes», poursuit le Hongrois. Mon système est très performant quand il dépasse 100 coups de pédales par minute. Je vous assure qu'il peut rouler jusqu'à 90 km/h.» De quoi aller plus vite en montée qu'en descente.

Alors qu'il veut commercialiser son invention pour le grand public, l'ingénieur jette cependant un doute sur une possible utilisation frauduleuse de son invention: «Je n'ai pas conservé tous les prototypes -- une douzaine au total-- de mes vélos depuis 2004. Je ne sais pas où ils sont et s'ils sont toujours en circulation...,» assure-t-il.