Le NARH au bord du gouffre

— 

Un été terrible pour le NARH ? En cette fin de saison, tout va mal au Nantes Atlantique rink-hockey, discipline sur patins à roulettes. Tout d'abord, sur le plan sportif, le club, qui évoluait depuis 20 ans sans discontinuer dans l'élite, a été relégué le week-end dernier en N2.
Mais, plus grave, Marie-Françoise Clergeau, l'adjointe aux sports, a annoncé jeudi dernier aux dirigeants nantais – sans manifestement beaucoup de justifications – que la subvention passait de 44 600 à 18 600 €, soit une baisse de 26 000 €. Une décision qui n'est pas sans conséquence pour un club dont le budget de 100 000 €. « C'est une véritable catastrophe, explique le président Philippe Piro, qui n'exclut pas de démissionner. C'est un quart de notre budget ! Moi, je ne sais pas comment faire pour gérer mon club sans cet argent. On ne peut pas vivre avec ça. On est en danger. »

« C'est rayer un travail de 20 ans ! »
Cette décision suscite chez les dirigeants du NARH non seulement de l'inquiétude mais surtout de l'incompréhension. « Le club a toujours rempli sa mission. Il s'implique dans les quartiers, dans les écoles, dans les centres périscolaires, confie son président. Demain, tout cela on ne pourra plus l'assumer. Cette diminution, c'est comme rayer tout ce qui a été fait depuis 20 ans. » L'adjointe aux sports, Marie-Françoise Clergeau était injoignable, hier soir.D. P.