«Je retournerai sur le banc»

©2006 20 minutes

— 

Michel Pavon Ancien entraîneur des Girondins

Il y a un an, Bordeaux vivait un triste mois de janvier (4 points pris en cinq journées de Ligue 1)

Aujourd'hui, le club est 2e

Comment expliquez-vous cette métamorphose ? Ce sont les échecs qui font avancer

Le groupe venait de vivre une expérience difficile

Il ne voulait pas la revivre

En outre, l'équipe est plus forte dans son ensemble cette saison

Quand vous avez des jeunes que vous devez lancer à cause des blessures des titulaires, ça devient plus difficile

Aujourd'hui, en quoi consiste votre travail aux Girondins ? Lors des matchs aller, mon travail consistait à observer les adversaires de Bordeaux

Je devais faire un rapport à Ricardo

On se voyait une fois par semaine

Depuis la trêve, je supervise des joueurs en France et à l'étranger

Je constitue un « book », selon les souhaits de Ricardo

Qu'est-ce que cette première expérience d'entraîneur vous a appris ? Aujourd'hui, les joueurs sont beaucoup plus égoïstes

Je pense hélas qu'il faut gérer un effectif presque à coups de bâtons

Il faut faire le gendarme tout le temps

Le milieu a complètement changé, notamment au niveau financier

Les jeunes ont moins de repères

A mon époque, on travaillait et on avait l'argent

Maintenant, vous n'avez pas encore travaillé que vous avez déjà l'argent

Il y a beaucoup de tentations et on oublie les priorités dont une, la principale, est d'être performant sur le terrain

Où avez-vous échoué ? Dans l'analyse des personnes

J'ai donné la confiance à des gens qui ne la méritaient pas

Je ne leur en veux pas spécialement, je m'en veux plutôt à moi

J'ai appris dans l'échec

En début de saison, beaucoup de joueurs ont dit qu'ils pénétraient sur le terrain pour gagner et que ce n'était pas le cas l'année dernière

(Ironique)

Effectivement, je leur disais de rentrer sur le terrain pour perdre ! Quand j'étais entraîneur, je leur demandais de gagner et de prendre du plaisir

Je n'ai pas dû le dire en français puisque certains ne l'ont visiblement pas bien compris

Mais vous avez quand même eu des satisfactions avec ce groupe

Ma plus grande fierté, c'est ce que les joueurs sont en train de faire cette saison

Je m'aperçois que c'est l'ossature de l'an passé qui est alignée le plus souvent

J'aime bien aussi l'attitude de Franck (Jurietti) qui, depuis que je l'ai mis arrière gauche, s'éclate

Je suis aussi content d'avoir lancé des jeunes comme Rio (Mavuba) ou Julien (Faubert)

Au moins, je ne me suis pas trompé sur tout le monde

Est-ce que le terrain vous manque ? Un jour ou l'autre, je retournerai sur le banc

J'ai envie de transmettre mon savoir

Maintenant, je ne suis pas du genre à faire du pied aux clubs qui vont mal

Si on m'appelle, tant mieux, sinon je ferai autre chose

Recueilli par Stéphane Deschamps