L'arme fatale des Toulousains

©2006 20 minutes

— 

Cinq sur cinq

Les cinq derniers buts toulousains en L1 ont tous été inscrits à la suite de coups de pied arrêtés

Le milieu Jean-Louis Akpa-Akpro a marqué trois fois au Mans (1-1, du pied gauche suite à un corner) puis à Saint-Etienne (1-3, un doublé de la tête après un coup franc et un corner)

Et le défenseur Dominique Arribagé a frappé à deux reprises, chez les Verts, puis devant Nantes (1-0), en reprenant deux coups francs de la tête

« On craignait leurs coups de pied arrêtés, et c'est comme cela qu'ils ont marqué

», déplorait samedi soir Serge Le Dizet, l'entraîneur des Canaris

Son homologue toulousain est bien entendu satisfait : « Il y avait un décalage entre notre potentiel de frappe (Jérémy Mathieu, Daniel Moreira, Laurent Batlles) et aérien (Arribagé, Mathieu, Nicolas Dieuze, voire Issou Dao) et le nombre de buts que l'on inscrivait, relève Erick Mombaerts

Le calendrier du mois de janvier (six matchs) nous a obligés à faire des entraînements plus légers, donc plus tactiques, On a travaillé sur les plans défensif (le TFC a encaissé 14 buts sur 27 sur des coups de pied arrêtés, penalties inclus) et offensif

» Cependant, pour Erick Mombaerts, cette nouvelle donne ne s'explique pas seulement par le travail à l'entraînement

« C'est surtout un problème de confiance et de réussite

Il faut aussi mettre en avant les actions de jeu qui ont amené ces coups de pied arrêtés

Quand on obtient un coup franc ou un corner, c'est qu'on a pressé l'adversaire, qu'on l'a poussé à la faute

» Nicolas Stival