Les deux visages du Paris-SG

©2006 20 minutes

— 

On connaissait jusqu'à maintenant un PSG autoritaire à domicile et timoré à l'extérieur

Il faut désormais compter sur les deux visages du club de la capitale dans son antre du Parc des Princes

Depuis trois rencontres (Troyes, Auxerre et Saint-Etienne), le scénario est invariablement le même : une première période médiocre, une deuxième beaucoup plus exaltante

Mais si les deux premiers matchs s'étaient soldés par des succès in extremis, le point du match nul arraché face aux Verts n'a pas vraiment arrangé les affaires parisiennes, malgré les défaites des deux rivaux directs pour la troisième place, Auxerre et Lille

Guy Lacombe essaie encore de comprendre la crise de schizophrénie aiguë qui frappe son équipe

« Il y a eu, et cela devient récurrent, une très mauvaise entame de match

Je ne sais pas pourquoi, je suis un peu surpris

L'entame nous pénalise trop, analyse l'entraîneur parisien

Sur la seconde période, je pense tout de même que l'on méritait de gagner

» Sans un arrêt phénoménal de Janot sur une reprise de Pancrate, auteur de l'égalisation samedi (Pauleta avait marqué le 1er but parisien), les Parisiens auraient même pu empocher les 3 points de la victoire, si précieux dans l'optique d'une qualification en Ligue des champions

« Le fait de réagir prouve qu'on a des ressources mentales

Mais ce qui m'énerve un peu, c'est qu'à chaque fois, il faut attendre d'être en difficulté pour se mettre à jouer », regrettait le joker offensif du PSG, hier au Camp des Loges

Reste à savoir quel visage montreront les Parisiens mercredi à Strasbourg

si les conditions météo n'empêchent pas à nouveau le déroulement de la rencontre

S

Bordas