Le cavalier Stéphane Lafouge saute de joie à l'idée de rejoindre ses idoles

©2006 20 minutes

— 

« L'accomplissement d'un rêve ! » Installé au Cap-Ferret, Stéphane Lafouge qualifie ainsi sa première participation au Jumping international de Bordeaux ce week-end

« En tant que spectateur, je n'ai jamais raté une édition et j'y ai vu gagner des chevaux mythiques tels que Jappeloup monté par Pierre Durand », souligne le bordelais

Après avoir gravi les échelons, Lafouge se retrouve parmi le gotha du saut d'obstacles lors de la seule étape française de la Coupe du monde en salle, dont la finale se disputera du 26 au 30 avril à Kuala Lumpur

« Je suis plutôt un cavalier d'extérieur et je ne vise pas ce rendez-vous en Malaisie », reconnaît-il alors qu'il sort d'un stage de l'équipe de France à Saumur

Membre des « Tuniques Bleues » depuis deux ans, il n'a réalisé sa première saison complète qu'en 2005

« Mon cheval Gabelou des Ores souffrait de coliques et il a dû être opéré », explique Stéphane Lafouge

Avec sa monture âgée de 12 ans, il forme un couple prometteur qui a obtenu une remarquable 4e place en août dernier au Grand Prix CSIO de Dublin, une compétition très relevée équivalente à une épreuve de Coupe du monde

« J'ai acheté Gabelou des Ores alors qu'il avait quatre ans, précise le cavalier

Il est très généreux et a beaucoup de force, même s'il a encore du mal à tout contrôler

Nous avons des automatismes

Cette confiance mutuelle est la clé de la réussite

» A Bordeaux, Lafouge espère simplement « [se] faire plaisir et avoir le soutien du public »

Félix Chiocca