Quels espoirs pour la France à Turin?

20minutes.fr

— 

Le trio français, composé de Grégory Baugé, Mickaël Bourgain et Arnaud Tournant, a remporté haut la main l'épreuve de vitesse par équipes dans les Championnats du monde de cyclisme sur piste, jeudi soir, à Bordeaux-Lac.
Le trio français, composé de Grégory Baugé, Mickaël Bourgain et Arnaud Tournant, a remporté haut la main l'épreuve de vitesse par équipes dans les Championnats du monde de cyclisme sur piste, jeudi soir, à Bordeaux-Lac. — Franck Fife AFP

La France est-elle capable de reproduire son exploit de 2002 lorsqu’elle avait raflé onze médailles, dont quatre en or, aux Jeux Olympiques de Salt Lake City ? Selon le ministre des Sports, Jean-François Lamour, les Français peuvent produire « entre 10 et 15 médailles » alors qu’Henri Sérandour, patron du Comité olympique français (CNOSF), mise sur 9 ou 15 récompenses.

Le biathlon peut en effet ramener des victoires aux Bleus, Raphaël Poirée étant en quête du seul trophée manquant à son palmarès et Sandrine Bailly ayant dominé l’opposition allemande cette saison.
Le fondeur Vincent Vittoz, champion du monde de poursuite, peut également espérer monter sur le podium, Karine Philippot restant en embuscade chez les dames. Le snowboard reste un autre atout de la France avec des champions comme Isabelle Blanc, Karine Ruby, Doriane Vidal et Xavier De La Rue.
Quant au patinage artistique, il devrait pouvoir compter sur le prometteur Brian Joubert – à condition qu’il passe ses triples – et sur les danseurs Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder.

Au cœur également des espoirs des dirigeants du Comité olympique français, le jeune Jason Lamy-Chappuis qui, à 19 ans, a déjà obtenu deux podiums en coupe du monde de combiné nordique ainsi que l’équipe de relais féminin de short-track, emmenée par la championne olympique coréenne Choi-Min-Kyung.

En revanche, les skieurs alpins apparaissent cette année en retrait, à l’exception de Jean-Pierre Vidal, vainqueur du slalom de Kitzbühel le 22 janvier dernier. Carole Montillet, elle, a vécu une saison 2004-2005 très difficile et ne compte qu’une sixième place comme meilleure performance. Situation comparable pour Laure Pequegnot dont les résultats apparaissent en demi-teinte. Dans ce contexte, le descendeur Antoine Dénériaz apparaît comme l’une des rares chances des Bleus.