Roland Garros: Revivez la journée d'ouverture en live comme-à-la-maison

M. P.

— 

Le Français Jo-Wilfried Tsonga à l'issue de sa rencontre face à l'Espagnol Nicolas Almegro à l'open de tennis de Monte-Carlo, le 13 avril 2010.
Le Français Jo-Wilfried Tsonga à l'issue de sa rencontre face à l'Espagnol Nicolas Almegro à l'open de tennis de Monte-Carlo, le 13 avril 2010. — V. HACHE / AFP

L'avant-live

Les «surprises françaises» sont de sortie

Olivier Patience, Laurent Recouderc, Stéphane Robert, Josselin Ouanna, Mathilde Johansson, Claire Feuerstein, Stéphanie Foretz… Pas de doute, nous sommes bien à Roland Garros avec ses espoirs et trop souvent ses déceptions. Mais sait-on jamais. Chaque année, un Français inattendu réalise un exploit. L’an passé, Josselin Ouanna avait sorti Marcel Granollers, puis Marat Safin – au bout d’un match héroïque – avant de tomber sous les coups de Fernando Gonzalez. Alors, qui pour succéder?

Tsonga pour parfaire son jeu

Pas de problème a priori pour Tsonga qui rencontre un obscure Allemand, Daniel Brands, 89e au classement ATP. Mais plus que la victoire, Tsonga doit se mettre en condition: trouver une tactique gagnante sur terre battue, faire monter en température le public parisien et surtout ne pas se blesser. Bref, tout sauf un match anodin!

La confirmation Rezaï?

En l’emportant au tournoi de Madrid, Aravane Rezaï a changé de statut. L’éternel espoir est devenue favorite. Sous ses coups de marteau-pilon sont déjà tombés Justine Hénin, Jelena Jankovic et venus Williams…pas les premières venues. Pour commencer sa quinzaine, la protégée de Patrick Mouratoglou affronte une Canadienne classée 166e mondiale. A priori donc, un match pour échauffer son cœur car comme le rappelle son entraîneur: «On ne frappe aps avec le bras, mais avec le cœur». A méditer!

Le mauvais tirage du jour

Julien Benneteau n’est plus une «surprise française». Un quart-de-finale en 2006, puis un huitième en 2008 à Roland Garros en ont fait un outsider. Mais pas de bol pour lui, il rencontre le jeune et prometteur Ernests Gulbis. Le Letton, capable du meilleur comme du pire semble avoir choisi…le meilleur pour débuter sa saison sur terre battue. Il a atteint la demi-finale à Rome après avoir sorti Federer, et les quarts à Madrid. Bref, un match qui s’annonce tendu entre le 27e (Gulbis) et le 39e joueur mondial.