L'invite surprise de Raymond Domenech sera... Kevin Gameiro (5/6)

FOOTBALL 20minutes.fr passe en revue les candidats possibles au poste de «Chimbonda 2010»...

A.P.

— 

L'attaquant de Lorient, Kevin Gameiro, le 22 novembre 2009 à Saint-Etienne.
L'attaquant de Lorient, Kevin Gameiro, le 22 novembre 2009 à Saint-Etienne. — P.Merle / AFP

Une liste de Raymond Domenech sans sa surprise, ne serait pas une liste de Raymond Domenech. Après Pascal Chimbonda en 2006 et Bafé Gomis en 2008, quel invité de dernière minute nous réserve le sélectionneur. En attendant l’annonce du groupe des 23 pour la Coupe du monde le 11 mai prochain, 20minutes.fr se jette à l’eau et propose six candidats à un billet pour l’Afrique du Sud. Aujourd’hui: Kevin Gameiro.

>> Retrouvez les autres surprises de 20minutes.fr: Christophe Jallet, Mathieu Valbuena, Yohan Cabaye, Sylvain Marveaux.

Pourquoi faut-il l’inviter?

Déjà pour éviter de renforcer un adversaire potentiel. Portugais par son grand-père, Gameiro a habilement ouvert la porte au pays de papy. Histoire d’attiser la convoitise chez Raymond Domenech? «J’ai été contacté l’année dernière par le Portugal et j’ai refusé la sélection. Mais si j’étais convoqué aujourd’hui, je réfléchirais… C’est une grande équipe, présente dans les grands événements» laisse entendre le Lorientais. S’il avoue ne pas parler pas un mot de la langue de Camoes et Ronaldo, cet attaquant petit format (1m68 pour 62 kilos) sait faire parler sa pointe de vitesse et son sens du but. Avec 16 réalisations (auxquelles il faut rajouter six passes décisives), l’ancien strasbourgeois explose cette saison et attire les convoitises des plus grands clubs français et européens.
 

Potentiel de Chimbondanité

 50% : A l’instar d’un Marveaux, Gameiro bénéficie depuis plusieurs mois d’un lobbying actif Moins exotique que celui de Chimbonda, son parcours se rapproche plus de celui d’un Bafé Gomis. Avant l’Euro 2008, le Stéphanois (aujourd’hui à Lyon) sortait d’une saison à 16 buts. Comme Gameiro pour l’instant.
 

Son arme secrète

 Avec Christian Gourcuff pour entraîneur, Gameiro n’a entendu parler que de «beau jeu», de «football» et «d’émotion»  depuis son arrivée à Lorient à l’été 2008. Mais il a surtout appris toutes les subtilités du 4-4-2 cher à Papa Gourcuff. Si jamais, Raymond Domenech finissait par se lasser de son inamovible 4-2-3-1 pour un système à deux attaquants, le Lorientais a le profil tout indiqué pour s’y intégrer… Et puis, il n’est fâché avec personne dans cette équipe de France. On ne peut pas en dire autant de tous les attaquants chez les Bleus.