L1: Le président de Lille dénonce un manque d'équité

FOOTBALL La lutte face à Lyon pour les places européennes n'est pas équitable selon Michel Seydoux...

R.S.

— 

L'entraîneur de Lille Rudi Garcia (à g.) et son président Michel Seydoux, le 23 août 2009 lors d'un match de Lille contre Toulouse en L1.
L'entraîneur de Lille Rudi Garcia (à g.) et son président Michel Seydoux, le 23 août 2009 lors d'un match de Lille contre Toulouse en L1. — B.Chibane/Sipa
A deux journées de la fin du championnat, on connaît le champion, les trois relégués, mais pas tous les qualifiés pour les deux Coupes d’Europe. Lille, Auxerre et Lyon sont les équipes les mieux placées pour accéder à la Ligue des champions. Sauf que selon le président Seydoux, interrogé dans L’Equipe, cette lutte à trois est totalement faussée par le calendrier des Lyonnais, qui ont, en plus de leurs deux derniers rendez-vous de l’année, un match en retard face à Monaco à disputer.

Concrètement, Lyon peut donc encore prendre neuf points, contre six à ses rivaux. Une situation que le président lillois ne juge «pas normale pour l’éthique de la saison. Moi je n’ai pas demandé à avoir les matchs reportés quand on jouait en Ligue Europa, peste Michel Seydoux. Ce calendrier est encore une exception française. Je constate que dans d’autres pays, ça en se passe pas comme ça.» Il aurait pu discuter du sujet avec son frère Jérôme, patron de la société Pathé, associée à l’OL. Mais il a évité. «On ne discute jamais foot comme ça, on ne se fâche pas.»