Le Racing toujours sous pression

Floréal Hernandez

— 

La fin de saison du Racing en Ligue 2 s'annonce stressante. Tenus en échec par Nîmes (1-1) vendredi soir à la Meinau, les Strasbourgeois n'ont pas réussi à prendre leur distance avec la zone de relégation. Ils ne comptent que trois points d'avance sur Istres, 18e. Et dès demain, ils se déplacent chez l'avant-dernier, Guingamp. Des Bretons qui ne pointent qu'à quatre longueurs du RCS.

Des Strasbourgeois « dos au mur »
« On savait que ce serait difficile jusqu'à la fin car personne ne veut lâcher. On y est préparés », assure le capitaine du Racing, Guillaume Lacour. La performance réalisée contre les Gardois rend optimiste Pascal Janin. « La première période est l'une de nos meilleures mi-temps de la saison. Il y a eu beaucoup de qualités dans les enchaînements offensifs. Il faut garder cette ligne-là pour donner du souci à Guingamp », annonce l'entraîneur bas-rhinois, qui a fêté contre Nîmes son 100e match de L2 à la tête d'une équipe pro.
Le Racing ne s'est jamais imposé à l'extérieur cette saison en championnat. Pourquoi aurait-il plus de chance au Roudourou, demain, que précédemment ? « Nous sommes dos au mur, répond Guillaume Lacour. Peut-être qu'on sera plus vigilants et plus performants. » « C'est un match déterminant pour le maintien, estime l'attaquant David Ledy. Il y aura beaucoup de tension et de pression. Mais une victoire et nous ferions un grand pas vers le maintien. » Une défaite et la peur s'installerait à la Meinau pour les dix prochains jours.

Usure

Physiquement et nerveusement, les Strasbourgeois fatiguent. « Contre Nîmes, on a manqué de jus après la pause. Quand on court après les points et le maintien, on laisse beaucoup d'énergie. Mais les jambes ne tremblent pas », assure Guillaume Lacour.