Vinokourov ne comprend pas «l'acharnement de la presse»

CYCLISME Le retour en force du Kazakh fait grincer quelques dent...

A.P.

— 

Alexandre Vinokourov, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, le 25 avril 2010 à Liège.
Alexandre Vinokourov, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, le 25 avril 2010 à Liège. — T.Roge/REUTERS
Vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, Alexandre Vinokourov a pris sa plus belle plume pour régler ses comptes à travers une lettre ouverte. Revenu dans le peloton l'été dernier après une suspension de deux ans pour dopage, le Kazakh se dit «profondément attristé» par les commentaires de la presse et parle même «d’acharnement». «Depuis mon retour en août dernier, j'ai toujours été correct avec la presse, j'ai répondu à toutes les demandes d'interview, je n'ai rien caché. Paradoxalement, ma victoire à Liège semble réveiller de vieilles jalousies dont je ne suis pas responsable», ajoute Vinokourov en disant ne pas comprendre le décalage entre «ces commentaires des médias et les centaines de messages de félicitations de supporters» reçus sur son site et sa page Facebook.

Celui qui expliquait son retour fulgurant par un mélange de «classe» et de «travail» justifie aussi son refus de revenir sur son contrôle positif lors le Tour 2007. «C'est uniquement pour le bien de mon sport. Je ne pense pas que le cyclisme a besoin de revenir sur toutes ces sales histoires pour le faire avancer», plaide «Vino» qui n’oublie de préciser avoir été l’objet de «30 contrôles antidopage tous négatifs».