Mark Van Bommel a une méchante importance au Bayern

FOOT Catalogué «mauvais garçon», le Néerlandais n'en reste pas moins un leader pour les Munichois…

Alexandre Pedro

— 

Le capitaine du Bayern Munich, Mark Van Bommel, le 30 mars 2010 à Munich.
Le capitaine du Bayern Munich, Mark Van Bommel, le 30 mars 2010 à Munich. — T.Bohlen / REUTERS
Mark van Bommel, c’est un peu le bon, la brute et le truand réunis dans un seul corps. A 33 ans, le capitaine du Bayern Munich (suspendu au match aller) n’est pas du genre à tendre l’autre joue quand on le gifle. Depuis un maudit quart de finale de Ligue des champions contre le PSV Eindhoven, les supporters lyonnais gardent en mémoire les fautes à répétitions, l’art du conflit et les provocations en tout genre du milieu néerlandais.

Pourtant à y regarder de plus près, Mark van Bommel sait aussi se débrouiller avec un ballon et plutôt très bien. On ne devient pas le premier non allemand à porter le brassard de capitaine du Bayern sans disposer de quelques qualités. «Il a le même rôle que Stefan Effenberg à l'époque. C'est une personnalité très forte et un excellent stratège», souligne l’entraîneur Ottmar Hitzfeld qui en huit saisons passées en Bavière a vu passer son lot de caractériels.

«Je dois moins m'engager dans les duels»

Sous les ordres de son compatriote, Louis van Gaal, Van Bommel a enfin mis un peu d’eau dans son vin. S’il accumule toujours les cartons jaunes (10 en 23 matchs de Bundesliga), l’ancien du PSV évite désormais de tailler ses camarades par médias interposés ou de saluer les supporters adverses à coups de bras d’honneur. Quand il évoque ses retrouvailles avec l’OL, l’intéressé adopte même un langage consensuel assez inédit chez lui. «Lyon est une grande équipe qui s’est déjà sortie de situations difficiles. On s’attend à un gros match mais on reste confiant», explique-t-il sans desserrer la mâchoire pour autant.  

Dans le jeu, le Batave s’est aussi calmé, un changement qu'il attribue à la méthode Van Gaal. «Comme tout le monde sait ce qu'il a à faire, je dois moins m'engager dans les duels et comme nous contrôlons plus le ballon, il faut faire moins de fautes pour le récupérer.» Mais s’il faut en commettre une pour le bien de l’équipe, vous pouvez toujours compter sur Mark van Bommel pour se dévouer.