Rendez-vous l'année prochaine

antoine maes

— 

C'était le dernier derby de l'année, et il ne laissera de souvenirs impérissables à personne. Hier, dans la douceur d'une fin d'après-midi artésienne, Lens et Valenciennes ont fait match nul (1-1). Dans une partie sans enjeu, les conséquences sont mineures, sauf pour le classement de l'officieuse « Ch'ti League », définitivement fixé hier par la 2e place du VAFC et la 3e du Racing. Pour le reste, cette partie a surtout résumé le profil des deux équipes cette saison. Des lacunes mais du cœur pour les hommes de Jean-Guy Wallemme, du talent mais de l'inconstance pour ceux de Philippe Montanier. Pour l'adrénaline, on attendra l'année prochaine que les deux équipes aient de nouveau quelque chose à jouer.

« Il n'y a pas eu de cri de guerre »
Un vrai objectif, c'est bien ce qu'il a manqué à ce match pour le rendre vraiment intéressant, malgré quelques situations chaudes. Roudet a bien ouvert le score (1-0, 38e), mais Pujol a rendu un peu de justice au tableau d'affichage (1-1, 73e). « Il n'y a pas eu de cri de guerre, pas de cri de joie. Avec un peu plus d'adresse et de réussite, on aurait pu l'emporter. Finir dans la première moitié du classement est à notre portée », confirme Philippe Montanier. Pour les Lensois, ça paraît assez compliqué, et il va falloir à Jean-Guy Wallemme des trésors d'imagination pour donner un sens à la fin de saison de son équipe. « En menant 1-0, il aurait fallu profiter de la léthargie de l'adversaire. C'était un match insipide pour moi. La question était posée de savoir pourquoi venir à Bollaert, on n'a pas répondu », conclut le coach sang et or.