Jacques Delmas: «Nous sommes plus près de la 7e que de la 6e place»

FOOT L'entraîneur du Stade Français place tous ses espoirs dans la Coupe d'Europe...

Propos recueillis par Matthieu Payen

— 

L'entraîneur du Stade Français Jacques Delmas lors d'un match contre Albi, le 5 novembre 2009
L'entraîneur du Stade Français Jacques Delmas lors d'un match contre Albi, le 5 novembre 2009 — AFP PHOTO/FRANCK FIFE

Max Guazzini n’a pas attendu la fin de la saison pour annoncer que Jacques Delmas n’entraînera plus le Stade Français la saison prochaine. Une décision radicale pour gérer une situation de crise. Mais après cette période de turbulence, le Stade Français semble allait mieux, comme en témoigne la victoire samedi contre Clermont (19-10). Une bonne nouvelle à une semaine du quart de finale de Coupe d’Europe que les Parisiens joueront à Toulouse.

 

>>Le classement du Top-14 est par ici

 

Gagner contre Clermont est une bonne chose après trois défaites consécutives…


Oui, c’est sûr. Mais j’ai toujours dit que j’aimais ce groupe et je n’ai pas changé d’avis même après la défaite contre Toulouse [29-0 encaissé à domicile]. Je continue de penser que cette équipe aurait eu le titre dans le ventre, si elle n’avait pas été gênée par autant d’absences.

 

Outre les absences, il y a aussi une ambiance particulière ces derniers temps au Stade Français…


Vous faites allusion aux entraînements à huis clos. Je tiens à dire que nous n’avons pas tourné le dos à la presse, mais nous avions besoin de nous retrouver entre nous. Nous avons eu à gérer tellement de moments difficiles. A vrai dire, en sept mois ici, je n’avais jamais dû gérer autant de choses contraires à la vie d’une équipe.

 

Peut-on dire que le Stade Français est encore une grande équipe?


Un grand club ne meurt jamais. Mais, même si certains n’aiment pas entendre ça, notre équipe a été tellement amputée qu’elle est devenue à certains moments une équipe moyenne de Top 14.

 

Pensez-vous pouvoir accrocher le dernier billet pour les phases finales?


Mathématiquement, ce n’est pas fini, mais on est plus près de la 7e que de la 6e place. Il faudra se battre pour cette 7e place parce que je crois possible qu’un club français gagne la Coupe d’Europe. Du coup, ce club serait automatiquement qualifié pour la Coupe d’Europe l’an prochain et cela ouvrirait une place européenne pour le club qui termine 7e du championnat.

 

En Coupe d’Europe justement, vous affrontez Toulouse dimanche. Croyez-vous en la victoire?


Nous y travaillons et ce sera plus facile après notre victoire contre Clermont. Quand on retrouve une mêlée, le rugby devient beaucoup plus simple. Après, la tâche s’annonce difficile, mais à l’impossible nul n’est tenu.