Andrea Lo Cicero: pilier pas rancunier

A.P.

— 

Le pilier du Racing-Metro, Andrea Lo Cicero, le 3 janvier 2010 à Colombes contre Bourgoin.
Le pilier du Racing-Metro, Andrea Lo Cicero, le 3 janvier 2010 à Colombes contre Bourgoin. — B.Langlois / AFP

Entre Andrea Lo Cicero et le Stade Toulousain, l’histoire d’amour a duré deux ans et s’est achevée dans l’incompréhension et la rancœur. Il faut dire que l’Italien a quitté avec pertes et fracas ce club qu’il considérait pourtant comme la «Juventus du rugby» à son arrivée en 2001. Aujourd’hui pilier du Racing-Métro, cet ami d’Alessandro Del Piero a été condamné en 2006 par les prud’hommes à verser 150 000€ de dommage et intérêts au club toulousain. Lo Cicero a eu le tort de disputer le 22septembre 2003 un match avec sa sélection alors qu’il était censé être en arrêt maladie.

«J’ai payé. Je préfère ne plus en parler»

Quatre ans après cet épisode, le Sicilien à la crinière blonde toujours soignée se rend vendredi soir à Toulouse sans ressentiment particulier envers son ancien club et son manager, Guy Novès, qui ne l’a pourtant pas ménagé à l’époque. «Après la rencontre, j’irai donner le bonjour à Guy Novès ainsi qu’au président Bouscatel. C’est normal. Mes parents m’ont donné une bonne éducation. S’ils ne me disent pas bonjour, c’est leur problème», prévient Lo Cicero.

«L’affaire», le pilier le plus capé du rugby italien veut l’effacer de sa mémoire: «J’ai payé, tout ça appartient aux avocats. Moi, je préfère ne plus en parler.» Lo Cicero préfère évoquer Toulouse, cette ville qui «ne vit que pour le rugby», exemple à l’appui. «A mon arrivée, un homme est venu me voir alors que je me faisais mon marché. Il m’a amené dans son bar et m’a dit que je pouvais me servir ce que je voulais parce que j’étais un joueur du Stade Toulousain. J’ai tout de suite compris que j’allais me plaire dans cette ville.» Rangé des bars de la Ville rose, l’Italien de 33 ans n’a aujourd’hui qu’une ambition: gagner à Ernest-Wallon et ainsi quasiment assurer la présence du Racing en phases finales du Top 14.