Les Bélougas à deux marches de la remontée en D1

— 

Le TBHC n'est plus très loin de retrouver la D1, dix ans après l'avoir quittée. Les Bélougas doivent pour cela atteindre la finale de D2, le troisième niveau national. Samedi, ils espèrent recevoir le soutien de 1 300 personnes pour leur demie aller contre la Roche-sur-Yon, à Blagnac. Le retour aura lieu une semaine plus tard, en Vendée. Les joueurs de Jean-Noël Botella viennent d'éliminer l'épouvantail tourangeau (succès 4-1 puis 4-5). « Tours n'aurait pas dû participer aux play-offs, mais le tribunal administratif les y a autorisés, rappelle le président, en allusion aux soucis financiers rencontrés par les Diables Noirs. C'est une équipe qui a un budget de 600 000 €, soit trois fois le nôtre. On a réalisé un exploit et on en est fiers. »

La Roche fait moins peur que Tours
Cette performance laisserait toutefois un goût d'inachevé si elle restait sans lendemain. Alors que Tours était invaincu cette saison avant de croiser la route des Bélougas en play-offs, la Roche-sur-Yon (12 victoires, 2 nuls, 4 défaites en poule) paraît beaucoup plus abordable. « Cette équipe dispose de très grandes qualités, mais sur le papier, l'obstacle semblait beaucoup plus élevé en quart, convient le patron du TBHC. Si on joue comme lors de nos deux matchs précédents, on va réussir, c'est obligé. »
Depuis son arrivée à la tête des Bélougas, voici cinq ans, Jean-Noël Botella caresse l'espoir de remonter. Mais les cétacés patineurs n'avaient pas encore dépassé les quarts de finale. « On n'a pas les moyens de Tours ou de Lyon. On s'appuie sur notre centre de formation. Cette saison, l'alchimie fonctionne. » L'arrivée , l'été dernier, de l'ancien international Maurice Rozenthal pour encadrer les jeunes a été déterminante. « C'est un joueur respecté et remarquable. Il avait envie de retrouver son ancien collègue chez les Bleus, Benoît Pourtanel [entraîneur-joueur]. Si on ajoute Flinck, Delpet, Ribanelli et Prunier, on obtient un groupe d'éléments expérimentés vraiment intéressant. » La Roche pourrait faire les frais de cette alliance entre générations. WN. S.