Les joueurs brésiliens font-ils trop la fête dans les favelas?

FOOTBALL Les rumeurs enflent au Brésil...

La rédaction sport avec agence

— 

Le footballeur brésilien Adriano, lors d'une conférence de presse à Rio de Janeiro le 9 avril 2009.
Le footballeur brésilien Adriano, lors d'une conférence de presse à Rio de Janeiro le 9 avril 2009. — Stringer/REUTERS

Les joueurs de la Selecao ont toujours le sens du rythme. Alors qu'Adriano, qui évolue à Flamengo (l'un des principaux clubs de Rio), tente de redorer son image après des absences répétées aux entraînements et un surpoids inquiétant, un de ses coéquipiers fait la une de la presse pour avoir été vu en présence d'hommes fortement armés qui pourraient être des trafiquants de drogue, selon la télévision.

Vagner Love à un bal funk

Sur des images obtenues avec une caméra cachée et retransmises dimanche sur le petit écran, le buteur Vagner Love danse dans un bal funk sur les hauteurs de la Rocinha, la plus grande favela de Rio, escorté par deux hommes armés de fusils. «Dans n'importe quelle favela de Rio on voit ça (des hommes armés) (...). J'y fais un travail social, j'y ai des amis, je ne vais pas renier mes origines», a vivement réagi le joueur sur la chaîne de télévision Globo. La fête s'est déroulée le 27 février, le jour où Flamengo l'a emporté 4 à 1 face à son rival grâce notamment à deux buts de Vagner Love. Ce dernier a précisé avoir été au bal funk pour fêter la victoire.

Par ailleurs, les problèmes d'Adriano, également attaquant de la sélection brésilienne, continuent. Après une dispute avec sa fiancée l'ayant mis à l'écart des entraînements, le quotidien O Dia a révélé dimanche que «L'Empereur» était adepte d'orgies avec des travestis. En réponse à ces accusations, Adriano a marqué un penalty contre le Vasco da Gama et pour fêter cela, il a soulevé son maillot du Flamengo où l'on a pu lire sur un autre maillot: «Que Dieu pardonne ces gens méchants.» Adriano reconnaît qu'il va à des fêtes dans la dangereuse favela de Chatuba, au nord de Rio, mais rejette catégoriquement les autres rumeurs.