Steve Mandanda: «C'est la période où se jouent les titres»

FOOTBALL Steve Mandanda s'exprime sur l'OM et les Bleus...

Propos recueillis par Sandrine Dominique

— 

Le gardien de but de l'Olympique de Marseille, Steve Mandanda, lors du match Auxerre - Marseille, le 23 décembre 2009.
Le gardien de but de l'Olympique de Marseille, Steve Mandanda, lors du match Auxerre - Marseille, le 23 décembre 2009. — J.P. Pelissier/REUTERS

Steve Mandanda revient sur la période criciale qui s'ouvre pour l'OM. Sans écarter une question. 

>> Tout sur la Ligue 1

Comment avez-vous vécu l'entre-deux matchs entre Benfica et Toulouse après votre faute de main au Portugal?

Très bien. Il y a cette faute de main qui coûte le but à Benfica [1-1] c'est vrai. Malheureusement ce sont des choses qui arrivent. Derrière le match n'était pas fini, il y a aussi d'autres matchs qui arrivent, la saison n'est pas terminée, il ne faut pas rester sur une erreur. Ça arrive à tout le monde, l'important c'est de la retenir, de mettre un autre contenu derrière et de passer à autre chose assez rapidement.


Avez-vous l'impression qu'on stigmatise un peu plus vos erreurs?

Oui mais c'est un tout, par rapport au statut, au club. Autant au départ ça m'avait surpris mais maintenant je sais comment ça fonctionne, je fais avec, je m'y suis habitué. Surtout qu'actuellement, je suis sur une bonne période même s'il y a eu cette faute de main qui a coûté cher. Côté confiance, il n'y a aucun souci.

Avec le retour contre Benfica jeudi en Europa Ligue, puis le choc dimanche contre Lyon en L1 et la finale de la Coupe de la Ligue le 27 mars, c'est une période capitale que l'OM va vivre. Vous sentez-vous armés pour ça alors que vous restez sur trois matchs nuls?

On sait que les périodes mars-avril sont les plus importantes. Tout le monde sait que c'est sur ces périodes-là qu'on gagne les titres. On a une finale en fin du mois, un match retour en coupe d'Europe important puis un match face à un concurrent direct mais le groupe est armé. Dans l'état d'esprit, on sait ce qui nous attend et on est prêts à répondre présents. Je ne m'inquiète pas.

Avec la répétition des matchs, ne craignez-vous pas toutefois de manquer de jus comme on a pu le voir dimanche à Toulouse (1-1)?

Quand on joue tous les trois jours et qu'on essaie d'être présents dans toutes les compétitions c'est comme ça. Mais perso je préfère jouer tout le temps et enchaîner les matchs. Après on essaie de récupérer au mieux et on fait tout pour être le plus frais possible le jour du match. Pour dimanche face à Lyon, je ne m'inquiète pas spécialement. Même si Lyon aura toute la semaine pour préparer cette rencontre. Mais bon jeudi c'est un match de coupe d'Europe, on ne va pas faire l'impasse dessus. On va tout faire pour passer et on verra après pour Lyon.

L'OM aura néanmoins tout intérêt à écarter un rival direct pour le titre car que ce soit contre Lorient ou Toulouse, vous avez encore raté le coche...

On est les premiers conscients d'avoir perdu des points en route alors qu'on avait la possibilité de recoller au classement. On est très déçus. J'ai ce sentiment comme chaque saison, qu'à chaque fois qu'on a la possibilité de recoller et d'être devant, on ne le fait pas, c'est dommage. Comment je l'explique? je ne sais pas. Mais c'est vrai que depuis que je suis à Marseille c'est arrivé assez régulièrement. C'est vraiment dommage, surtout le match face à Lorient car [dimanche] c'était compliqué après le gros match de Benfica. Contre Lorient, à part la finition et un peu de réussite, on ne peut rien nous reprocher car on a vraiment montré de bonnes choses, on a produit du beau jeu et on s'est procuré des occasions. Sur les deux derniers matchs de championnat on pouvait espérer deux points de plus malgré tout on est toujours là, on n'est pas décroché. On reste à l'affût.

Appréhendez-vous le duel à distance dimanche avec Lloris qui devrait se dérouler sous les yeux de Bruno Martini et du sélectionneur Raymond Domenech?

Le duel c'est plus pour vous, la presse, que pour nous. Nous, notre priorité c'est que notre équipe gagne et qu'on soit champions. Chacun fait son boulot dans son club, chacun s'occupe de soi. Après que ce soit Bruno ou le coach ils nous connaissent très bien. Même si d'habitude ils ne sont pas au stade, ils nous voient. Donc il n'y aura pas de pression supplémentaire, pas de stress particulier.

Vous rempileriez pour un 5-5 comme au match aller à Gerland?

Sincèrement je préfère un 0-0 pourri, pas beau pour les spectateurs plutôt que de faire un 5-5. Personnellement à l'aller, je n'avais pas pris de plaisir du tout, du tout!

Et pour le Mondial, pensez-vous avoir votre billet?

Non, je ne suis pas sûr d'y être, c'est clair. Maintenant je ferai tout mon possible pour y aller.