Ali Traoré, héros malheureux de l'Asvel

— 

Un show étourdissant. Mais vain. Samedi, Ali Traoré a confirmé qu'il était bien le meilleur joueur français du championnat. Face à Nancy (71-74), le pivot de l'Asvel a inscrit 34 points, son record en carrière, à quatre unités de la meilleure marque détenue cette saison par les Américains Derrick Obasohan (Hyères-Toulon) et Rasheed Wright (Poitiers). « Il a sorti la panoplie du joueur intérieur », a déclaré, admiratif, son homologue lorrain, Stephen Brun. « C'était magnifique. A montrer dans toutes les écoles », a ajouté le coach du Sluc, Jean-Luc Monschau. La prestation de celui que l'on surnomme « Goldfinger » a cependant été ternie par une remise en jeu adressée à l'adversaire à quelques secondes de la sirène qui a scellé le succès de Nancy, pourtant relégué à huit points à l'abord du dernier quart-temps (58-50). Ce nouveau revers éloigne encore un peu plus l'Asvel des places qualificatives pour les play-offs. A huit journées du dénouement, le champion de France en titre (11e) compte deux longueurs de retard sur Paris-Levallois (8e).S. M.

money-time

Les matchs aux couteaux ne réussissent pas à l'Asvel. Sur ses treize revers concédés en championnat, dix l'ont été avec un écart de dix points ou moins. Pire, la défaite contre Nancy est la sixième subie avec un écart de cinq points ou moins, après celles enregistrées face à Roanne (- 5), Cholet (- 2), Poitiers (- 2) et Paris-Levallois (- 2 et - 4).