Guti: génie ou branleur?

A.P.

— 

Le milieu du Real Madrid, Guti, le 30 janvier 2010 à La Corogne.
Le milieu du Real Madrid, Guti, le 30 janvier 2010 à La Corogne. — M.Vidal / REUTERS

Qui est José María Gutiérrez Hernández alias Guti? Un esthète incompris capable de délivrer des passes décisives les yeux fermés ou ce fumiste notoire qui revendique son train de vie de rock star («Je suis jeune, j'ai envie de faire la fête avec mes amis jusqu'à 6 h. Maintenant, pas à 40 ans»). Un peu des deux peut-être. A 33 ans, cet attaquant reconverti milieu relayeur paraît condamné à terminer sa carrière dans la peau de l’éternel espoir du football espagnol et à passer à côté d’une grande carrière en sélection.

>> Real Madrid - Lyon c'est à suivre en live mercredi à partir de 20h45

Aussi versatile sur un terrain que dans ses choix capillaires et vestimentaires, Guti connaît ses dernières semaines un retour en grâce inattendu. Entré en jeu samedi contre Séville, le grand blond a «mis Bernabeu à ses pieds» selon le quotidien Marca: il a permis à son équipe, menée 0-2 de s’imposer finalement 3-2. Absent à Gerland au match aller en raison d’une blessure, le noceur devrait reléguer Lassana Diarra sur le banc de touche pour ce 8e de finale retour de la Ligue des champions.


«Lyon n’est pas un grand d’Europe»

L’entraîneur du Real, Manuel Pellegrini, conscient de la forme actuelle de son joueur, a plus ou moins pardonné celui qui l’avait convié «d’aller se faire foutre» à la mi-temps de la désastreuse défaite contre Alacorcon (club de D3) en Coupe d’Espagne. A son crédit, il faut dire qu’au milieu des Ronaldo, Kaka et Higuain, Guti ne dépareille pas techniquement comme s’en est étonné Karim Benzema. «Cristiano (Ronaldo) et Kaka, tout le monde les connaît mais, par sa nonchalance et sa qualité de passe, Guti est aussi très fort. De Lyon, je ne le voyais pas aussi impressionnant», remarque l’ancien buteur de l’OL.
 
Lyon? Guti – fâché avec la langue de bois – ne s’en fait pas une montagne: «Ce serait un échec pour le Real de ne pas passer ce tour. Surtout contre une équipe comme Lyon, un grand adversaire, mais je ne crois pas que ce soit un grand d'Europe.» Et si jamais les hommes de Claude Puel viennent à le faire mentir, Guti peut toujours noircir ce journal intime qu’il avoue tenir à ses heures mélancoliques… ou alors noyer sa tristesse dans l'établissement nocturne de son choix.