Pour Rama Yade, la FFF aurait dû virer Domenech en 2008

FOOT Elle appelle la fédération à «revoir son mode de fonctionnement»...

P.K. avec agence

— 

Raymond Domenech sous le feu des critiques après la défaite face à l'Espagne, au Stade de France, le 03 mars 2010
Raymond Domenech sous le feu des critiques après la défaite face à l'Espagne, au Stade de France, le 03 mars 2010 — Charles Platiau/REUTERS

Pour l’Afrique du sud, ça sent un peu le brûlé, mais Rama Yade souhaite que la FFF se remette en question après la Coupe du monde, pour tirer les leçons du divorce entre l'équipe de France et son public.

«C'est regrettable de voir ce jeu qui n'est pas bon, d'observer qu'on a de belles individualités mais que le sélectionneur n'arrive pas jusqu'à présent à en faire une équipe», a déclaré Rama Yade sur Radio Orient, à Paris, au surlendemain de la défaite des Bleus contre l'Espagne (2-0) au Stade de France.

«C'est un public qui est attaché à cette équipe, qui en demande un minimum»

La secrétaire d'Etat a ensuite mis en cause la FFF, seule responsable du choix puis du maintien de Domenech à son poste après 2008: «Il aurait fallu changer le sélectionneur après le fiasco de l'Euro 2008 et le juger sur des résultats qui n'étaient pas bons», a-t-elle lancé.

«La FFF qui doit réfléchir sur ses choix, sur sa communication, sur la manière de bâtir une équipe, avec une vision, avec la constitution d'un groupe solidaire», a expliqué Rama Yade. «Il faudra après la Coupe du monde renouveler toute l'organisation, revoir les modes de fonctionnement, revoir les modes de communication, il faudra rebâtir une équipe».

Interrogée sur les sifflets du Stade de France, Rama Yade note que c'est la pauvreté du jeu qui a irrité un public pourtant bien disposé: «Tout le monde agitait des drapeaux et attendait tellement de cette équipe de France, tout le monde était heureux de la retrouver (...) C'est un public qui est attaché à cette équipe, qui en demande un minimum, qu'il n'obtient pas aujourd'hui parce que les bons choix n'ont pas été faits après le fiasco de 2008, parce que ces individualités exceptionnelles au niveau international n'arrivent pas à former une équipe».

Sélectionneur de gauche

Jeudi, un député UMP avait demandé à Rama Yade «la tête de Domenech». Vendredi matin, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin s'est déclaré «très inquiet parce que cette équipe n'a pas l'air d'avoir ce supplément d'âme qu'il faut pour gagner».

Raymond Domenech, qui s’est toujours revendiqué de gauche, est arrivé à la tête de l’équipe de France en juillet 2004, quelques semaines après la double raclée électorale (régionales et européennes) qui avait couté son fauteuil à Jean-Pierre Raffarin.



Quand Raffarin tâcle l'équipe de France