Un décrassage dans le calme au PSG

FOOT Après la dure défaite à domicile face à Marseille...

Avec agence

— 

Le PSG s'entraîne au camp des loges le 28 octobre 2009.
Le PSG s'entraîne au camp des loges le 28 octobre 2009. — Sichov/SIPA

L'entraînement du PSG, balayé par Marseille (0-3) dimanche après de violents affrontements entre les supporteurs parisiens, a commencé lundi dans le calme et un relatif anonymat, seulement ponctué par le retour du gardien Coupet.

>> Un match à revivre en live comme-à-la-maison en cliquant ici

Le gardien de 37 ans, indisponible depuis le 28 novembre en raison d'un fracture à une cheville, a retrouvé les terrains pour la 1re fois depuis sa blessure et a réalisé une séance normale avec l'entraîneur des gardiens Nicolas Dehon. Coupet a donc accéléré son retour qu'il estimait en février «pouvoir faire à la mi-avril» contre Saint-Etienne.

Coma artificiel

Pendant que les remplaçants et Sessegnon partaient s'entraîner normalement avec l'adjoint de Kombouaré, les titulaires de la veille ont participé au décrassage dans le calme devant une dizaine de supporteurs seulement qui ont profité des vacances scolaires pour venir au Camp des Loges.

Alors qu'un supporteur de Boulogne est toujours maintenu dans le coma artificiel lundi matin après avoir été roué de coups par des membres de la tribune Auteuil selon une source dans l'entourage du club, aucun dispositif voyant de sécurité n'avait été installé aux abords du Camp pour prévenir d'éventuels affrontements entre groupes rivaux.

Insultes et graffitis

Seule une voiture de police accomplissait, comme ces dernières semaines, une ronde régulière.

En revanche, trois graffitis au marqueur ont été apposés dans la nuit sur un mur du terrain annexe Georges Lefebvre pour réclamer le départ de l'actionnaire majoritaire Colony Capital.

Côté pelouse, un seul "incident" a émaillé la séance puisque le défenseur Sammy Traoré a insulté un supporteur qui s'était moqué de lui un peu trop fort après avoir raté un geste technique et a ensuite été prié de quitter le Camp par les vigiles présents.