Ils veulent un calendrier adapté

Lauren Horky

— 

Ces reports à répétition sont « un vrai casse-tête », confiait Laurent Blanc vendredi dernier.
Ces reports à répétition sont « un vrai casse-tête », confiait Laurent Blanc vendredi dernier. — DAMOURETTE / SIPA

Un courrier à la Ligue pour alléger leur calendrier. Ce matin, les Girondins vont déposer un recours afin de jouer en avril les trois matchs reportés ces dernières semaines. Car ça bouchonne pas mal pour les Bordelais : ce week-end la rencontre contre le Mans (26e journée) n'a pu être jouée à cause des avaries météo, et la qualification en finale de la Coupe de la Ligue a provoqué le report d'un autre match (30e journée de L1 contre Valenciennes). Ce n'est pas fini : en plus, il faudra recaser la réception d'Auxerre (25e journée), reporté pour permettre aux Girondins de préparer au mieux leur huitième de finale aller en Ligue des champions, contre l'Olympiakos.

« Peu de chances d'aboutir »
Ces reports à répétition sont « un vrai casse-tête, confiait Laurent Blanc vendredi dernier. Je préfère ne pas trop m'y plonger pour ne pas avoir mal au crâne. » La LFP a déjà proposé de reprogrammer la rencontre au Mans, le 10 ou le 24 mars. Deux dates qui ne satisfont pas le club, dont le programme est déjà surchargé en mars. « Notre demande a relativement peu de chances d'aboutir, explique résigné Alain Devesleer, directeur général du club. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne choisira pas la date. On en laissera le soin à la Ligue. En revanche, nous tenons à ce que les matchs soient joués dans l'ordre. Ainsi, nous recevrions Auxerre plutôt que de nous déplacer au Mans. Ce serait déjà moins contraignant. » Même si les Girondins possèdent encore une marge de sécurité, l'encombrement de leur futur calendrier peut constituer une belle chance pour leurs rivaux. A commencer par Montpellier, une fois encore revenu à hauteur du champion de France en titre.