Delobel - Schoenfelder veulent accoucher du titre

VANCOUVER2010 Quatre mois seulement après la naissance du bébé de la patineuse, le couple vise l'or olympique...

Romain Scotto

— 

Le couple français de danse sur glace, Isabelle Delobel et Olivier Scheonfelder, lors d'un entraînement sur la patinoire de Vancouver, aux Jeux olympiques, le 17 février 2010.
Le couple français de danse sur glace, Isabelle Delobel et Olivier Scheonfelder, lors d'un entraînement sur la patinoire de Vancouver, aux Jeux olympiques, le 17 février 2010. — S.Khan/AFP
De notre envoyé spécial à Vancouver,

>> Retrouvez notre blog et notre Twitter

>> Et notre dossier spécial JO ici

>> Les plus belles photos des JO sont ici


Au départ, il ne l’a pas très bien pris. Forcément. Sans dire qu’elle lui a fait un enfant dans le dos, Isabelle Delobel a pris de court son partenaire de danse, en lui annonçant il y a quatorze mois qu’elle attendait un enfant (avec l’ancien skieur Ludovic Roux). L’événement aurait pu chahuter un couple qui patine depuis vingt ans ensemble, mais il ne les empêchera pas de relever l’ultime défi de leur carrière commune. Sur la patinoire de Vancouver, le couple français dansera pour l’or olympique, vendredi soir. La seule médaille qu’il manque encore à son palmarès.

Qu’importe s’ils ne sont plus apparus en compétition depuis plus d’un an. Qu’importe si la jeune maman a repris l’entraînement, il y a trois mois seulement. «Nous avons commencé lentement, pour que tout soit prêt au retour d'Isabelle après l'accouchement, explique son partenaire. Elle patinait, mais nous ne pratiquions pas les portés ensemble.» D’après Delobel, cette préparation express donne finalement un peu de piment à la troisième et dernière aventure olympique du couple. «Nous, on a notre histoire, une histoire un peu folle. C'est un challenge magnifique. Si on arrive à relever ce défi, ce sera l'apothéose.»

Une ballerine et un cascadeur

Le défi semble d’autant plus corsé que les deux compères n'ont encore jamais présenté leur programme libre en compétition. Le mois dernier, ils ont finalement renoncé aux championnats d’Europe, à Tallinn. Un choix stratégique destiné à optimiser leur préparation et à attiser les curiosités sur leur nouveau programme. Une «histoire personnelle» mise en scène sur «La quête» de Jacques Brel.

Depuis leur arrivée à Vancouver, Delobel et Schoenfelder sont la cible des questions à chaque séance d’entraînement. «Beaucoup d'officiels viennent nous interroger», s’étonne le grand blond. La jeune femme, qui écoutait Brel dans la voiture de sa mère quand elle était enfant, décrit un programme attendrissant: «au début, je suis une ballerine et Olivier est un cascadeur. Nous jouons comme des enfants. Puis nous grandissons, et au milieu du programme, nous nous retrouvons en compétition aux Jeux.» La fin, ce sont les juges qui en décideront.