Biathlon: Vincent Jay décroche le bronze en poursuite

VANCOUVER2010 C'est sa deuxième médaille après l'or du sprint....

Matthieu Goar

— 

Vincent Jay champion olympique du sprint en biathlon, le 14 février 2010 à Whistler.
Vincent Jay champion olympique du sprint en biathlon, le 14 février 2010 à Whistler. — S.Wermuth / REUTERS
De notre envoyé spécial au Canada

Deuxième course et deuxième jet. Sur la neige fraîche de Whistler, Vincent Jay a remporté sa deuxième médaille en poursuite. Après la pluie de champagne dimanche soir au club France pour son titre olympique lors du sprint, le biathlète a pris goût au métal. «C'est une semaine de folie. J'espérais une médaille sur 20 km, parce que je suis un bon tireur, mais là, deux médailles en sprint et en poursuite, c'est vraiment un rêve. C'est incroyable.»
 
Un couple gagnant
 
Une semaine de folie pour Jay mais aussi pour tout le biathlon. Car cette nouvelle médaille est venue une heure après celle de Marie-Laure Brunet (la compagne de Jay, au passage). Le biathlon français est en train de prendre feu. En quatre épreuves, les Tricolores ont ramené quatre médailles (trois de bronze et une d’or). «On a encore du mal à savourer car il reste pas mal de courses. On va encore attendre», glisse entre deux interviews, Christian Dumont, directeur sportif du biathlon, pas encore rassasié.
 
>> Retrouvez notre blog et notre Twitter

En tout cas, la belle histoire continue pour Vincent Jay: une victoire en Coupe du monde et deux médailles pour ses premiers JO. Le ratio a de quoi impressionner. Même après l’or, ce bronze a de la saveur. Car derrière, on compte pas mal de cadors qui n’ont jamais réussi à croquer le petit Jay. Par exemple, le Norvégien Björndalen (2 erreurs, 7e) qui commence mal ses Jeux. «J’en suis d’autant plus fier», glisse-t-il.
 
>> Et notre dossier spécial JO ici

Parti en tête, Jay a débord bien résisté avant de lâcher du terrain face à la machine suédoise, Bjorn Ferry, champion olympique. «J’étais très fatigué sur mes skis. Bjorn faisait toujours les meilleurs tours donc je savais qu’il allait revenir», a analysé le double médaillé à la fin de la course, toujours dans ses Jeux. «Il reste trois compétitions. Je n’aurai pas trop le temps de fêter ça. Je veux faire goûter à mes coéquipiers le bonheur d’une médaille» Ça promet pour les relais.