Face à Nanterre, Souffel ne veut pas se dégonfler

Thomas Schaffner

— 

En cas de victoire ce soir, l'intérieur Sébastien Kancel et les Souffelois affronteraient en 8es Châlon-sur-Saône, 15e de Pro A.
En cas de victoire ce soir, l'intérieur Sébastien Kancel et les Souffelois affronteraient en 8es Châlon-sur-Saône, 15e de Pro A. — G. VARELA / 20 MINUTES

Tombeur surprise de Dijon (Pro A) au tour précédent (88-78)

, le BC Souffelweyersheim (N2) s'attaque ce soir en seizièmes de finale (20 h) à une autre montagne, moins élevée, mais tout aussi difficile à aborder, avec la réception de Nanterre. Contre ces pensionnaire du haut de tableau de la Pro B, Les hommes de Stéphane Eberlin auront à coeur de renouveler leur exploit dans un gymnase des Sept Arpents plein comme un oeuf - plus d'un millier de supporters sont attendus.

Quatrième de Pro B, la JSF Nanterre sera sûrement un adversaire sérieux et prudent, car prévenu de la capacité alsacienne à couper la tête des équipes professionnelles. « Je m'attends forcément à une rencontre difficile, explique Sébastien Kancel, le capitaine emblématique du BCS. Contrairement à Dijon, qui est peut-être venu un peu trop décontracté chez nous, ils auront bien préparé ce match. En tout cas, je suis content d'accueillir un nouveau club pro, ça va nous permettre de bien nous jauger. » Tout comme la dernière fois, les Souffelois n'auront pas la pression du résultat. Mais l'intérieur entend pourtant saisir sa chance, tout en se faisant plaisir. « On va s'appuyer sur notre grosse défense pour ensuite se lâcher et mettre de l'euphorie en attaque. Il faut surtout jouer notre jeu et si on parvient à prendre le contrôle du match, on peut justement faire douter Nanterre. Avant Dijon, on ne savait pas ce qu'on pouvait faire, mais là, on se dit que c'est possible. »

Pour croire de nouveau à l'impossible exploit, Souffelweyersheim devra d'abord être capable de répondre au défi physique imposé par le duo des costauds de la raquette nanterroise, les anciens Dijonnais Zeb Cope et Jonathan Tornato. « Le coup est jouable car on a une bonne équipe, assure Sébastien Kancel. D'autant plus avec le soutien de notre public. Depuis l'exploit face à Dijon, les supporters ne nous parlent plus que de Nanterre. On est chez nous et j'ai confiance en mes coéquipiers. »

La perspective d'affronter Chalon-sur-Saône (Pro A) en huitièmes de finale est une source de motivation supplémentaire, mais l'expérimenté capitaine du BCS ne veut surtout pas mettre la charrue avant les boeufs. « Même si on croit à la qualification, il faut garder les pieds sur terre, on joue quand même face à une bonne équipe professionnelle. » W