Bordeaux se qualifie en demi-finale de Coupe de la Ligue

FOOTBALL Les hommes de Laurent Blanc devront jouer Lorient au prochain match

Lauren Horky

— 

L'attaquant girondin Yoan Gouffran, buteur face à Sedan le 2 février 2010.
L'attaquant girondin Yoan Gouffran, buteur face à Sedan le 2 février 2010. — Olivier Pon/Reuters

L’histoire ne s’est pas répétée. Hier soir à Chaban-Delmas, les Girondins de Bordeaux sont venus à bout de Sedan (1-0), 15e de Ligue 2, pour s’offrir une demi-finale de Coupe de la Ligue contre Lorient. Les Bordelais se sont contentés du minimum syndical. Mais l’essentiel est assuré pour Laurent Blanc, et le triplé national – voire le quadruplé en y ajoutant la Ligue des champions – reste jouable.

«Il y avait un match à gagner, on l’a fait, a commenté le président Jean-Louis Triaud. A Lorient, il vaudra mieux que le match soit un peu différent car on risquerait d’être surpris! Mais je pense qu’on ira avec une motivation encore supplémentaire, car à un match du Stade de France, tout le monde a envie d’y aller.»

Gouffran buteur

L’envie était moins manifeste hier contre Sedan, vainqueur ici il y a deux ans en quart de la Coupe de France. Des Ardennais loin d’être impressionnés à l’échauffement par les images du sacre de Bordeaux dans cette compétition l’an dernier. Ce sont d’ailleurs les hommes de Landry Chauvin qui sont les premiers à se créer des occasions, jouant haut, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre à la suite du match de Boulogne en championnat.

Mais après dix minutes de jeu, enfin les Bordelais se réveillent. Sedan devient alors quasiment fantomatique. Bordeaux domine dans le jeu et au nombre d’occasions (12 tirs dont 7 cadrés, contre 4 dont 2 cadrés pour Sedan). Mais les Girondins ne marquent toujours pas. La délivrance arrive à la 48e minute par Gouffran. Malgré l’expulsion de Rozic à la 61e pour un tacle dangereux sur Bellion, le tableau d’affichage reste bloqué. Habitué à plus de spectacle, le public du stade Chaban-Delmas raccompagne son équipe sous les sifflets.