100.000 euros pour une piqûre

JO Une décision du Comité olympique italien (Coni)...

La rédaction sport

— 

 A doping control area is seen at the National Aquatics Centre, also known as the Water Cube, prior to the Beijing 2008 Olympic Games August 5, 2008.     REUTERS/Wolfgang Rattay (CHINA)
 A doping control area is seen at the National Aquatics Centre, also known as the Water Cube, prior to the Beijing 2008 Olympic Games August 5, 2008.     REUTERS/Wolfgang Rattay (CHINA) — REUTERS/Wolfgang Rattay

Le Coni veut punir au portefeuille les athlètes italiens convaincus de dopage à Vancouver. Un contrôle positif équivaudra à 100.000 euros d'amende pour l'athlète coupable.

Le contrat anti-dopage

Les 109 athlètes sélectionnés pour les JO, ainsi que tous les entraîneurs, médecins et dirigeants de la délégation, devront tous signer avant de partir au Canada un contrat dans lequel ils s'engagent sur l'honneur à ne pas recourir au dopage.

Ce contrat stipule également qu'un athlète contrôlé positif devra payer une amende de 100.000 euros. «En ajoutant cette amende dissuasive, le sport italien montre une nouvelle fois tout son sérieux dans la lutte contre le dopage. Et qui ne signe pas (le contrat) ne vient pas à Vancouver», a commenté le président du Coni, Gianni Petrucci. Encore faut-il être pris par la patrouille.