André-Pierre Gignac doit serrer les dents

— 

Hier matin, lors du décrassage, André-Pierre Gignac est resté au chaud, en compagnie d'Etienne Didot (touché à un talon) et de Cheikh M'Bengue (gastro). L'attaquant du TFC s'est contenté de faire du vélo. Il suivra le même programme aujourd'hui, avant de reprendre l'entraînement demain.

Depuis la mi-octobre, l'international (10 sélections), qui a fêté samedi ses 24 ans, souffre des adducteurs. « Sa pubalgie est "fluctuante", dans un sens comme dans l'autre, déclare Alain Casanova. Il n'y a qu'un traitement efficace, mais on ne peut pas l'appliquer actuellement : c'est le repos. »

Contre le Partizan Belgrade, jeudi dernier (1-0), Gignac avait laissé sa place au jeune Ahmed Soukouna (19 ans). Malgré ce répit dans un calendrier très chargé, le meilleur buteur de L1 en 2008-2009 (24 réalisations), trop personnel, a raté son match à Grenoble.

« J'attendais beaucoup plus des joueurs mis au repos jeudi au niveau de l'investissement et de l'impact physique. » Casanova prend bien soin de ne pas citer de noms, mais Gignac, comme Moussa Sissoko et Franck Tabanou, également décevants dimanche, sont visés. Seulement, en l'absence de Xavier Pentecôte (entorse au genou) et compte tenu de l'inexpérience de Soukouna, le technicien toulousain sera contraint d'aligner son attaquant vedette, jeudi face à Sochaux. En revanche, le défenseur Daniel Congré, touché au fessier droit, devrait être trop juste. W

N. S.