L'attaquant toulousain André-Pierre Gignac devrait reprendre l'entraînement demain.
L'attaquant toulousain André-Pierre Gignac devrait reprendre l'entraînement demain. — M. VIALA / DDM

Sport

Le Violets gérent la pénurie

« Je suis très mauvais perdant. Donc, le lendemain d'une défaite, je ne suis pas à prendre avec des pincettes. » Malgré cet avertissement préliminaire, Alain Casanova s'est montré cordial et disert, hier midi. La veille, sa formation s'était pourtant...

« Je suis très mauvais perdant. Donc, le lendemain d'une défaite, je ne suis pas à prendre avec des pincettes. » Malgré cet avertissement préliminaire, Alain Casanova s'est montré cordial et disert, hier midi. La veille, sa formation s'était pourtant inclinée à Grenoble (1-0), qui n'avait remporté aucun de ses 14 premiers matchs de L1. « Parfois, lorsqu'on joue tous les trois jours, ce n'est pas évident de rencontrer une équipe qui ne joue qu'une fois par semaine, remarque l'entraîneur du TFC. Mais ce n'est pas une excuse. »

Avec un petit effectif professionnel (23 joueurs, dont deux gardiens), Toulouse, 12e de L1, a du mal à concilier championnat et Coupe d'Europe. Surtout lorsque les blessures s'en mêlent... « Je n'ai aucun regret, assume Casanova. Avec un effectif restreint, tout le monde est concerné, même si je savais qu'en jouant aussi souvent, on pouvait laisser des points en route. »

Le technicien attend impatiemment que l'infirmerie se vide de ses sept pensionnaires. Ce ne sera pas pour la venue de Sochaux, jeudi, trois jours avant celle de Montpellier (lire ci-dessous). « Il faudrait avoir tout le monde pour faire des rotations et créer plus de concurrence, explique-t-il. Si lors des prochains matchs, je n'arrive pas à faire souffler des garçons comme Ebondo, M'Bengue ou Braaten, la fin d'année sera difficile. »

Cinq rencontres attendent le TFC d'ici à la trêve, dont un déplacement chez les Belges du FC Bruges, dans huit jours. Ce match sera crucial pour la qualification en 16es de finale de Ligue Europa. W