Le RCS veut se faire une beauté face à Bastia

Floréal Hernandez

— 

« J'aimerais qu'on joue plus juste quand on possède le ballon. » La supplique est de Pascal Janin, avant la réception de Bastia, ce soir, pour la 16e journée de Ligue 2. Car si le Racing remonte doucement, très doucement, la pente en championnat, après un départ catastrophique (trois points pris lors des sept premières rencontres), la qualité de son jeu laisse à désirer. On pourrait le qualifier de direct, très direct même, avec ces longs ballons destinés à Nicolas Fauvergue, seul aux avants postes. Et le problème est encore plus grand quand l'attaquant n'est pas sur le terrain.

Cette tactique est voulue par l'entraîneur strasbourgeois, car elle sécurise la défense bas-rhinoise. Il a aussi fait le constat que lorsque le RCS a essayé de développer un minimum de jeu en début de saison, les ballons ont plus souvent fini au fond de son but que dans celui de l'adversaire. Mais ce recours au longs ballons, « ça ne doit pas être systématique, poursuit le technicien. J'aimerais plus de qualité technique, des gestes plus précis. En tout cas, j'aime bien ce groupe, sa volonté de ne rien lâcher, avoue-t-il. Ce n'est pas facile pour eux, mais ils ne renoncent pas. C'est une équipe de combattants. »

Bastia, plus mauvaise équipe de Ligue 2 à l'extérieur (un point pris en sept matchs), va très certainement bétonner son milieu et sa défense pour repartir avec un nul au minimum de la Meinau. Les Strasbourgeois vont donc devoir « développer du jeu pour poser des soucis aux Corses », dixit Pascal Janin. Et pour cela, il compte sur ses défenseurs latéraux, Stéphane Pichot ou Jean-Alain Fanchone, pour porter le surnombre et le danger offensivement. W