A Florence, les Lyonnais perdent la tête

FOOTBALL L'OL s'est incliné mardi soir (1-0) sur le terrain de la Fiorentina...

Stéphane Marteau

— 

Le Lyonnais Jean- Alain Boumsong à la lutte avec le le Florentin Alberto Gilardino, mardi 24 novembre 2009, à l'occasion du match Fiorentina-Lyon en Ligue des champions.
Le Lyonnais Jean- Alain Boumsong à la lutte avec le le Florentin Alberto Gilardino, mardi 24 novembre 2009, à l'occasion du match Fiorentina-Lyon en Ligue des champions. — REUTERS/Tony Gentile

Les années se suivent et ne se ressemblent pas pour l’OL. Victorieux il y a un an jour pour jour à Florence (1-2), les Lyonnais n’ont pas réussi à rééditer cette performance, mardi soir, face à la Fiorentina. Battus (1-0) par la Viola lors de la 5e journée de la Ligue des champions, les joueurs de Claude Puel cèdent leur fauteuil de leader du groupe E aux Italiens qui décrochent ainsi leur qualification pour les huitièmes de finale et éliminent, par la même occasion, les Reds de Liverpool.

Un destin difficile à contrôler

Les deux formations s’affronteront à distance dans deux semaines pour l’obtention de cette première place si importante pour la suite de la compétition. Mais les partenaires de Cris n’ont plus vraiment leur destin entre leurs mains. Ils devront battre Debrecen à Gerland et espérer un faux pas de la Fiorentina à Anfield Road face à des Reds qui n’auront plus que leur orgueil à faire valoir.

>> Revivez le choc Barcelone-Inter Milan en cliquant ici

Trois jours après un match nul peu glorieux obtenu à Grenoble (1-1), l'OL se devait d’afficher un visage plus séduisant en Toscane face à un adversaire qui lui avait donné beaucoup de fil à retordre lors du match aller (1-0). Il n’en a rien été, même si les Lyonnais ont eu plusieurs occasions d’égaliser en seconde période. Mais Sébastien Frey a détourné un coup franc de Pjanic (79e) avant de s’interposer sur des frappes de Makoun (86e) et de Lisandro (90e + 1). Ils peuvent même s’estimer heureux de n’avoir encaissé qu’un seul but. Celui-ci a été inscrit sur penalty par Juan Vargas suite à une faute de Cissokho sur Marchionni (28e).