À Lille, les vieux démons ont ressurgi

— 

En grande forme contre Bordeaux (2-0), les Dogues sont retombés dans leurs travers du début de saison contre Montpellier, dimanche.
En grande forme contre Bordeaux (2-0), les Dogues sont retombés dans leurs travers du début de saison contre Montpellier, dimanche. — DAMOURETTE / SIPA

Décidément, les Lillois sont incorrigibles. Après deux victoires consécutives, dont une qualifiée de « match référence » contre Bordeaux (2-0), les vilaines manies sont revenues à la surface contre Montpellier (2-0), dimanche. Et le ventre mou est donc toujours le seul horizon des Lillois. « Nous avons manqué de réalisme et de décision dans les zones de vérité », souligne Rudi Garcia, qui ne pensait sûrement pas que ce genre de mésaventure arriverait encore à son équipe. Dans l'Hérault, les Nordistes ont donné l'impression de retomber dans leurs travers du début de saison.

Mentalement d'abord, puisque les Lillois, qui tenaient le match, en sont sortis d'un coup d'un seul. « Nous nous sommes déconcentrés suite au durcissement du jeu des Montpelliérains », constate Rudi Garcia. « On s'est énervés, et on a gâché trop d'énergie », explique Mickaël Landreau. Du coup, c'est sur une faute d'inattention en défense que les hommes de René Girard ont fait mouche. « On a encore du boulot sur les coups de pieds arrêtés défensifs », regrette Rudi Garcia. Et au final, le Losc a encore perdu en ayant l'impression d'avoir dominé. « L'équipe la plus entreprenante n'est pas payée », souffle Adil Rami. Un constat qui pousse certains à se demander s'il ne faudrait pas moins bien jouer pour grappiller plus de points. W

A. M.