Terrel Harris peu à l'aise dans ses baskets

— 

C'est comme un adolescent qui quitte le collège pour le lycée, il est légèrement perdu au départ. Le rookie de la SIG Terrel Harris vit la même chose depuis son arrivée à Strasbourg mais du Collège universitaire américain, Oklahoma State (NCAA), à la Pro A. Sur les parquets universitaires des Etats-Unis, l'arrière de 22 ans pouvait prendre son temps. Pas dans le championnat de France.

« Après le match d'ouverture contre Nancy, je lui ai fait comprendre que c'était fini le Collège, que chaque minute compte. Et la SIG a besoin de rester en Pro A », assène Frédéric Sarre aujourd'hui forcément inquiet car son équipe ne compte que deux victoires après huit journées de championnat. Terrel Harris, coup de poker du staff technique, a même failli être remercié après quatre journées et des évaluations autour du zéro pointé. « Au début je ne comprenais pas le discours, j'étais trop relax. Il faut que je produise du jeu immédiatement. Je ne suis plus au College, je dois être plus fort dans le jeu, plus physique. C'est un métier maintenant », avoue le Texan qui a quelque peu rassuré son employeur à Rouen et contre Chalon-sur-Saône.

« Il n'y a pas de doute majeur sur ses qualités. Le problème, c'est sa capacité à retranscrire sur le terrain avec la connaissance du jeu. S'il ne comprend pas cela, il restera un joueur intéressant mais inapte à jouer en Pro A », analyse Jérôme Rosenstiehl directeur sportif du club bas-rhinois. Et Frédéric Sarre d'ajouter : « Il a une main. Maintenant à lui de comprendre vraiment où il est. » W

Dominique Heintz