La SIG se motive en session de rattrapage

Floréal Hernandez

— 

« On a besoin de se racheter et ce quelque soit l'adversaire. » Frédéric Sarre, l'entraîneur de la SIG, n'a pas encore digéré la défaite face à Hyères-Toulon (110-74), ce week-end. Il se réjouit donc de renouer de suite avec la compétition face à l'Apoel Nicosie pour la première journée d'Eurochallenge, au Rhenus ce soir à 20 h 30. Il attend de ses joueurs qu'ils « réalisent une prestation digne de ce nom après avoir été irrespectueux envers nous-mêmes [joueurs, staff, club] et notre public », annonce le coach.

De l'équipe chypriote, il avoue avoir « peu d'infos ». Il est vrai que l'effectif du champion de Chypre est en perpétuel évolution. Dernièrement Bernard King, passé par Villeurbanne (2004-2005), a été remplacé alors qu'il avait participé au tour qualificatif contre les Italiens de Terramo (77-63, 62-77). « C'est une équipe plutôt solide », précise Frédéric Sarre avant de citer quatre intérieurs culminant entre 2,06 m et 2,20 m. Pour la SIG, la Coupe d'Europe doit « permettre de se remettre la tête à l'endroit », dixit Frédéric Sarre. La compétition ne constitue pas un objectif en soi dans la saison. « L'Eurochallenge, c'est très bien mais le plus important reste quand même le championnat, rappelle le coach strasbourgeois. Or, aujourd'hui, le classement de l'équipe est menaçant [14e sur 16] ». Il n'empêche, la SIG va jouer sa carte à fond, à l'image de Cholet, l'an dernier. En difficulté en Pro A, le club des Mauges avait utilisé l'Eurochallenge, avec une place de finaliste au bout, pour se remettre d'aplomb. W