Chabal contre la grève du Top 14

RUGBY Il y a d'autres moyens de se faire entendre selon lui...

La rédaction sport

— 

Le rugbyman français Sébastien Chabal, sous les couleurs du Racing Metro, le 29 août 2009 face à Bayonne, à Colombes.
Le rugbyman français Sébastien Chabal, sous les couleurs du Racing Metro, le 29 août 2009 face à Bayonne, à Colombes. — AFP

Sébastien Chabal n’a pas l’âme d’un gréviste. Le deuxième ligne XV de France estime qu'il y a «d'autres moyens de se faire entendre» que la journée de grève  du Top 14, sérieusement envisagée par les présidents de clubs pour protester contre la suppression du droit à l'image collectif (DIC).

«S'il y a une grève, ce sont les joueurs qui vont payer parce qu'il va falloir remettre une date là où il n'y en a pas», remarque le joueur du Racing-Metro.

Une réunion spéciale des présidents des clubs du Top 14 et de la Pro D2 se tient depuis le début de l’après-midi au siège de la Ligue nationale de rugby (LNR) pour savoir s’il faut débrayer ou pas ce week-end.