Grégory Lamboley au Stade de la sagesse

Nicolas Stival

— 

Au club depuis neuf ans, l'avant toulousain a remporté trois trophées majeurs.
Au club depuis neuf ans, l'avant toulousain a remporté trois trophées majeurs. — X. DE FENOYL / DDM

Après dix jours de repos, les joueurs du Stade Toulousain ont repris le chemin de l'entraînement, hier matin à Ernest-Wallon. « On a bien coupé, on s'est vidé la tête, sourit Grégory Lamboley. Maintenant, on a envie de repartir sur la même dynamique. » En l'absence d'une dizaine d'internationaux, les Rouge et Noir, 2es du Top 14, vont vivre deux semaines spéciales au cours desquelles ils iront à Castres (3e) samedi, avant de recevoir Montauban (10e) le week-end suivant.

« L'ambiance est un peu différente, poursuit le flanker ou 2e ligne de 27 ans. Le vestiaire est plus vide, mais ça ne déplaît pas à ceux qui, comme moi, ont l'habitude de rester au club pendant ces périodes. On se serre davantage les coudes, car il faut être plus investi que d'habitude. Cela permet aussi aux jeunes de rentrer dans le groupe. »

Lamboley a profité de ses « congés » pour aller assister à la superbe victoire de l'équipe de France sur le champion du monde sud-africain, vendredi au Stadium (20-13). « C'était un très bon match, estime-t-il. Cela donne envie d'y regoûter un peu. » L'avant aux treize sélections - entre 2005 et 2007 - ne se fait pourtant pas d'illusions sur un éventuel retour en Bleu. « Je ne suis pas dans les papiers [de l'entraîneur Marc Lièvremont], constate-t-il. Cela dit, je ne suis pas aigri du tout. Je me concentre à fond sur le Stade. »

Arrivé de Massy (Essonne) en 2000, le Parisien de naissance n'a pas participé à la conquête du titre de champion de France, un an plus tard. Depuis, ce joueur au gabarit « moyen » (1,98 m, 105 kg), mais vif et habile, a été de toutes les campagnes victorieuses : Coupes d'Europe 2003 et 2005, Bouclier de Brennus 2008. Aussi n'est-il pas très inquiet au moment de préparer la rencontre à Castres avec un effectif exsangue. « On n'a vraiment rien à perdre là-bas, assène Lamboley. Le match le plus important sera la réception de Montauban. » W