Dijon, un peu de piquant pour les Souffelois

Floréal Hernandez

— 

L'ailier fort souffelois Sanko Camara et ses coéquipiers vont tenter l'exploit face à Dijon.
L'ailier fort souffelois Sanko Camara et ses coéquipiers vont tenter l'exploit face à Dijon. — G. VARELA / 20 MINUTES

« Nous avons 1 % de chance de passer. » Jérémy Tschamber n'est pas optimiste avant d'affronter Dijon (Pro A), ce soir à 20 h à l'Espace des Sept-Arpents. Mais l'excitation l'emporte chez le meneur de Souffelweyersheim (Nationale 2). « Ce n'est pas tous les jours qu'on affronte une équipe de ce calibre-là, se réjouit-il. Ça met du piquant de se jauger face à ce qui ce fait de mieux en France [Dijon est septième de Pro A]. » Stéphane Eberlin confirme : « Je ne vais pas avoir grand-chose à faire pour motiver les joueurs avant Dijon. »

De toute façon, l'entraîneur du BCS - leader de N2 et qui vient de concéder son premier revers en dix rencontres, ce week-end, à Salins (78-76) - n'a pas l'intention de modifier sa préparation avant cette rencontre si particulière pour les amateurs bas-rhinois. Grâce à la SIG, il a récupéré les DVD des derniers matchs de Dijon et va proposer un montage à ses joueurs. « On va mettre une tactique défensive en place. En fonction de la réponse des Dijonnais, on s'adaptera. Il faudra qu'on soit cohérent, annonce Stéphane Eberlin. En attaque, on jouera notre jeu sans se poser de questions. »

Pour une fois, ce ne sont pas les Souffelois qui auront la pression. « En championnat, on l'a chaque week-end [Souffelweyersheim vise la montée]. Là, on va savourer », note le coach bas-rhinois, dont les mots d'ordre seront « Prendre du plaisir », « Ne pas entrer sur le parquet la peur au ventre » et « Ne pas les regarder jouer ». Ses hommes adhèrent à ce credo et veulent « rester dans le match le plus longtemps possible, fournir la meilleure opposition possible », dixit Jérémy Tschamber. W