Novak Djokovic: «Je suis fier d'avoir surmonté cette ambiance»

TENNIS Après sa victoire à Bercy...

Propos recueillis par Alexandre Pedro

— 

Novak Djokovic à Bercy, le 15 novembre 2009.
Novak Djokovic à Bercy, le 15 novembre 2009. — REUTERS/Pool/Ian Langsdon
De notre envoyé spécial à Bercy

A quel point avez-vous dû puiser dans vos réserves pour gagner cette finale?

Très profond. J'ai perdu mes quatre dernières finales disputées en Masters Series et ça trottait dans ma tête. Alors quand j'ai vu Gaël revenir dans le match, être porté par le public, je me suis dit qu'il fallait me battre contre lui mais aussi contre eux pour arracher cette finale. Je suis fier d'avoir surmonté cette ambiance.

Dans le 2e et le 3e set vous menez et Monfils revient à chaque fois. Comment fait-on pour ne pas craquer mentalement?
Je crois qu'au bout d'un moment ta tête est préparée à ce genre de situation. J'ai disputé beaucoup de matchs importants qui m'aident à faire face. Je commence à avoir pas mal d'expérience et j'ai appris de toutes ces situations. La secret? Ce n'est pas compliqué, il s'agit d'être toujours concentré sur le point qui va arriver et de ne pas penser au score. Gaël a vraiment élevé son niveau de jeu à partir du deuxième set, il a eu un superbe réaction, de mon côté je me suis d'abord concentré sur mes jeux de service.

Comment avez-vous géré le poids du public?
Le public a été incroyable, il a vraiment poussé Gaël alors qu'il n'était pas au mieux. Je crois que çe ne donne que plus de valeur à ma victoire.

Vous avez fait votre discours de remerciement en français, pouvez-nous accorder encore quelques mots dans cette langue?
Non, désolé (en français dans le texte)... J'étais tellement concentré au moment de faire mon discours, j'avais peur de faire des fautes. J'espère que j'en ai pas trop fait d'ailleurs. Mon apprentissage du français suit son cours. Je commence à connaître pas mal de mots, mais il faut que je réussisse à les associer.

Qu'allez-vous faire la semaine prochaine? Un peu de repos?
Mon préparateur physique m'a déjà concocté une séance pour lundi, dès 2h du matin. Non, je rigole. Je vais me reposer trois jours chez moi à Monaco, mercredi je vais peut-être aller voir le match amical entre la Serbie et la Corée du Sud à Belgrade. Ca sera l'occasion de parler avec mes copains de la sélection serbe.